Les salafistes soutiennent Bouteflika pour un quatrième mandat

0
Advertisement

Abdelfetah Ziraoui Hamadache, le président du Front de la Sahwa Libre, un parti salafiste algérien, a affiché publiquement sou soutien à un quatrième mandat de Bouteflika à la tête de l’Etat. Dans les colonnes du quotidien arabophones Ennahar,   le leader des salafistes a expliqué qu’il accorde un soutien indéfectible au Président Bouteflika si ce dernier souhaite briguer un nouveau mandat à l’occasion de l’élection présidentielle prévue en  2014.

« En tant que mouvement islamistes salafiste, nous respectons la volonté du Peuple. Et si le Algériens accordent à Bouteflika leur confiance. Nous allons, nous aussi, le soutenir », a relevé  Abdelfetah Ziraoui en affirmant que les salafistes algériennes prendront en considération le choix du peuple algérien. Ziraoui a assuré également que son parti se préoccupe davantage de l’éducation religieuse que des empoignades politiques. Cependant, les salafistes n’hésiteront pas à prendre en charge les préoccupations sociales des Algériens afin de soulager leurs souffrances, a confié , le président du Front de la Sahwa Libre, un parti qui n’est pas encore agréé par les autorités algériennes. Ceci dit, ce parti ne cesse d’activer sur le terrain et envisage d’organiser prochainement un congrès à Alger pour rassembler ses adhérent. Et face aux inquiétudes exprimées par certains pans de l’opinion publique, le porte-parole des salafistes tente de rassurer en insistant notamment sur le fait que les membres de son parti « n’ont aucune relation avec l’ex-parti du FIS ».

Enfin, d’après Ziraoui,  la situation amère dans laquelle se trouve l’Algérie nécessite la création d’un parti d’obédience islamiste salafiste.  « Nous avons décidé de participer à toute réforme et à l’éducation de ce peuple, mais également dans la reconstruction des institutions de notre pays. Les circonstances extérieures nous ont également incités à cette initiative, notamment après la vague du Printemps arabe, qui a fait tomber des régimes, et qui a apporté également plusieurs changements au sein de ces pays arabes », a expliqué en dernier lieu le président du Front de la Sahwa Libre.

Article précédentLes médecins préfèrent les patients des cliniques privées aux malades des hôpitaux publics
Article suivantCorruption : plusieurs intermédiaires ont aidé SNC Lavalin en Algérie