Khenchela : des terres agricoles généreusement attribuées aux proches du ministre des Ressources en eau

0
Advertisement

Profitant d’une visite de « travail » dans la wilaya de Khenchela, située à plus de 500 à l’est d’Alger, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, est revenu avec deux sésames. Les autorités de cette wilaya ont «offert» des lots de terrains agricoles à deux proches du ministre. Il s’agit de son fils, âgé de 21 ans et d’une autre personne, vraisemblablement son frère.

Lors de sa visite de travail dans cette wilaya en septembre 2014, un agent de l’administration locale s’est rapproché de lui pour lui mettre une enveloppe dans la poche. Discret, le ministre n’a rien fait. Aucun geste suspect. Mais quelques mois plus tard, la population s’est rendue compte que la fameuse enveloppe contient deux décisions d’attribution de lots de terrain de 15 hectares situés dans la commune de M’toussa, à 20 km au Nord du chef-lieu de wilaya, une région réputée pour ses excellentes terres agricoles.

Le pot aux roses est dénoncé par l’Association algérienne de lutte contre la corruption. «L’AACC confirme leur authenticité (des documents), tant auprès de la direction des domaines – signataire et émettrice des documents en question -, qu’auprès des services en charge de l’enregistrement de ces actes », indique l’association que préside Djilali Hadjadj dans un communiqué rendu public. Cette attitude est dénoncée par les agriculteurs de la région qui ne comprennent pas comment l’Etat attribue des terrains agricoles à des personnes étrangères à la région. «Ces paysans ont fait parvenir récemment une contestation écrite – face au déni dont ils sont victimes -, aux autorités locales et aux services de sécurité, dont l’AACC détient une copie», indique le document de l’AACC. Signalons que pour l’heure, le ministre des Ressources en eau n’a toujours pas donné sa version des faits.

 

Avec Essaïd Wakli

Article précédentDubaï : Un billet à gagner pour les clients algériens d’Emirates
Article suivantAbdelmalek Sellal : « Pas de détenus politiques en Algérie »