Les travailleurs de Naftal sont inquiets. Les syndicalistes de cette entreprise publique, filiale de Sonatrach, menacent de paralyser le pays dans le cas où le groupe pétrolier maintient sa volonté de sous-traiter une partie des activités de stockage à des sociétés privées.

Les syndicalistes de l’entreprise Naftal, spécialisée dans la distribution et la commercialisation des produits pétroliers, sensibilisent leurs collègues sur ce qu’ils appellent une «menace pour l’avenir» de la société. Raison de cette colère ? Un avis d’appel d’offres de Sonatrach pour le stockage des produits pétroliers. Les travailleurs y voient une manière de «chercher des concurrents» pour «affaiblir l’entreprise». «Nous sommes prêts à aller plus loin », a menacé Sidi-Ali Beldjerdi, secrétaire général du syndicat d’entreprise lors d’une rencontre régionale tenue mardi à Oran. Le syndicaliste  a fait, ainsi, allusion à une possible grève générale des travailleurs de Naftal. Un débrayage qui provoquera un arrêt de la circulation automobile et des transports en commun à cause d’un manque de carburant.

Les syndicalistes de Naftal continuent la sensibilisation de leurs collègues. Ils sillonnent les villes et villages du pays pour tenter de stopper ce qu’ils considèrent comme une «menace » pour leur avenir.

E. W.

Article précédentPour les jeunes, l’Ansej fait boom et les « emplois d’attente » sont un flop
Article suivantMokhtar Belmokhtar, le borgne qui terrorise le monde….