Une jeune Kényane raconte son histoire bouleversante au sein d’une famille saoudienne, qui l’a traitée comme une esclave pendant plus de 3 ans. Enfermée, frappée, violée, elle est une victime de « l’esclavage moderne ».

Mary a 29 ans, elle vient de fuir d’Arabie Saoudite, pour se réfugier à Paris, après avoir été réduite à l’esclavage pendant plus de 3 ans par des princes saoudiens. Ce terrible témoignage a été publié par le NouvelObs.com, par une jeune Kényane qui a vécu un enfer alors qu’elle ne cherchait qu’un moyen de se faire de l’argent. Elle avait quitté son pays natal pour travailler à Riyad, où on lui promettait un poste de professeur d’anglais au sein d’une riche famille saoudienne. Mais arrivée sur place, l’opportunité se transforme en cauchemar.

« Je me répète : ‘Tu fais un peu d’argent et tu rentres au Kenya. Je ne sais pas que j’entre en prison. »

Dès son arrivée en Arabie Saoudite , son passeport est confié à son « tuteur », elle ne le récupérera jamais. Mary se retrouve alors en « prison ». Elle vit dans « un compartiment dans un conteneur séparé en trois pièces. Je partagerai la mienne avec une Philippine. Deux autres employées, une autre Philippine et une Sri-Lankaise, dorment à côté. Près des chambres, une petite salle de bains, pas de fenêtre, juste une ouverture pour la climatisation », confie-t-elle.

« Je suis restée trois ans et dix mois chez eux, j’aurais pu y passer ma vie entière. Jamais un jour de repos et une vue bouchée par les rideaux aux fenêtres. Nous gagnons 600 riyals par mois « , raconte la jeune femme, qui explique qu’elle n’a « pas le droit de téléphoner à ma famille. Les seules sorties, pour acheter des vêtements par exemple, doivent être autorisées par la princesse, et collectives, nous sommes toujours chaperonnées par un chauffeur. Elles sont très rares, peut-être deux fois par an. Sinon, nous sortons pour accompagner la famille. »

Une vie volée, une vie violée

Elle travaille tous les jours et 24h/24, pour un salaire misérable. Ses « employeurs » n’hésitent à la maltraiter, la princesse pour qui elle travaille, l’a giflait lorsqu’elle était mécontente. Pire, elle sera violée par le fils aîné de la famille, qui l’a menacée avec son couteau, un épisode qui la traumatisera à jamais.

Mary a fui sa famille de tortionnaires et vit désormais à Paris et a même porté plainte contre cette famille. Elle avoue que « Pour la première fois de ma vie, même si je n’ai plus de rêves, je me sens libre. »