L’Aïd approche et les détenus de l’affaire KBC croupissent toujours en prison. Mehdi Benaïssa, directeur de NessProd et de la chaîne de télévision KBC, Ryad Hartouf, directeur de production des émissions satiriques et engagées « Kihna Ki Nass » et « Nass Estah », des programmes de télévisions arrêtés suite à des pressions des autorités politiques, ainsi que Nora Nedjaï, haut responsable au ministère de la Culture, demeurent enfermés dans leurs cellules alors que leur procès n’a même pas encore commencé.

Face à cet arbitraire, de nombreux algériens se mobilisent pour exiger leur libération. Et la mobilisation commence à prendre une nouvelle forme inédite et originale. « En prison, les trois détenus ont été obligés de se raser la tête. En signe de solidarité et de protestation contre ce traitement infâme, nous avons décidé aussi de nous raser le crâne », nous confie Mustapha Kessaci, l’animateur et concepteur de l’émission « Kihna Ki Nass ».

Notre interlocuteur diffuse sur les réseaux sociaux des photos et explique pourquoi il s’est rasé le crâne. Quelques heures plus tard, d’autres algériens lui emboîtent le pas et passent à l’action. Des journalistes, militants ou simples citoyens issus de divers horizons prennent l’initiative de se raser le crâne pour la cause…des trois détenus emprisonnés officiellement pour de simples et ordinaires actes de gestion. « Libérez Medhi, Riad et Nora ». Ce slogan arboré sur les pancartes de ces Algériens aux crânes rasés a suscité un véritable tsunami sur les réseaux sociaux.

Notons enfin que le frère de Mehdi Benaïssa, l’acteur Khaled Benaïssa, a réalisé également une vidéo où il montre à ses compatriotes comment il se rasent la tête pour exprimer sa solidarité avec son frère enfermé à la prison d’El-Harrach. Cette vidéo n’a pas manqué de susciter une vague d’émotions sur les réseaux sociaux.