Un terrible drame a secoué mercredi le Consulat général d’Algérie à Lyon. Mohand-Amokrane Benmokhtar, un attaché de chancellerie, s’est suicidé dans des circonstances qui restent encore à élucider. Selon plusieurs sources concordantes, ce diplomate algérien a été amené à mettre fin à ses jours parce qu’il a été rappelé vers l’Algérie par le ministère des Affaires Étrangères, a-t-on appris de sources bien informées.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif, a confirmé jeudi matin cette information et indique, dans une déclaration à l’APS, qu’une équipe dirigée par l’inspecteur général du ministère a été dépêchée à Lyon « pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles ce drame est intervenu ». Pour l’heure, le MAE algérien ne parle aucunement d’un suicide, mais uniquement de « décès ».

La même source indique également que l’ambassadeur d’Algérie à Paris, « a pris immédiatement, après l’annonce du drame, les mesures légales prévues par la loi du pays d’accueil dans de tels cas ».

Mais que s’est-il réellement passé au consulat général de Lyon ? Le porte-parole du MAE algérien ne fournit aucune précision et laisse libre cours aux spéculations. Ceci dit, des sources concordantes affirment que le défunt « a été retrouvé pendu ce mercredi matin vers 8h30 dans le garage situé dans les sous-sols du consulat ». Le mystère du suicide de ce diplomate reste donc entier.