Une polémique inédite. Alors que les réseaux sociaux et certains journaux électroniques évoquent le limogeage de l’animateur de la chaine 3 Mahrez Rabia, la direction de la radio publique dément. Si la directrice de la chaine 3, Malya Bahidj confirme qu’effectivement, l’animateur a été « suspendu de manière pédagogique », elle dément toutefois l’avoir licencié.

« Je ne peux pas licencier quelqu’un qui n’est même pas permanent chez moi ! », a-t-elle dit à Algérie-Focus lors d’un entretien téléphonique. En fait Mahrez Rabia est un « pigiste » au sein de la radio publique. Mieux que cela, Malya Bahidj a expliqué que Rabia figure dans la grille des programmes du mois de Ramadhan et de l’été.

Pour revenir aux faits, la responsable nie tout lien entre le la suspension de l’animateur et d’éventuels propos déplacés concernant le chef de l’Etat. «Mahrez Rabia n’a en aucun moment porté atteinte au président. Il s’est juste permis une digression sur le matériel de la radio, ajoutant qu’il va s’adresser au président de la République pour changer son fauteuil ».

De son coté, et devant l’ampleur de la polémique, l’animateur a démenti, sur sa page facebook, avoir été empêché d’entrer dans le siège de la radio. Il qualifie tout cela de fausse rumeur. Mahrez Rabia, qui travaille comme journaliste permanent à Canal Algérie, va reprendre son émission quotidienne, 17-19 le Mag sur la chaine 3 à partir de demain. Même le réalisateur de l’émission a été suspendu pour les mêmes raisons.

Lors d’une émission, Mahrez Rabia, qui anime une émission interactive, a répondu à une auditrice qui lui a fait remarquer que contrairement à elle qui « souffre » dans les embouteillages, l’animateur est dans le confort. « Moi, je suis assis sur un fauteuil cassé. A ce rythme, je dois faire appel au président de la République pour remplacer mon siège ! ». La digression n’a pas plu à la direction de la radio publique !

Essaïd Wakli

Article précédentAADL II : Réponses aux recours à partir du 15 mai
Article suivantSyrie : Brahimi jette l’éponge