A l’ère de l’Internet, de la télémédecine et de la médecine nucléaire, certains Algériens continuent de croire en des remèdes qui relèvent, pourtant, d’une époque révolue. C’est le cas de ces citoyens de Mostaganem qui achetent à 400 DA le litre d’urine de dromadaire, pensant trouver dans ce liquide la solution miracle à certaines maladies.

«De drôles de «numéros» venus du Sud, sous prétexte d’échanges touristiques et culturels, ont dressé des khaïmas sur certaines plages et sur l’axe routier longeant le littoral, pour se livrer au commerce du lait et de l’urine de dromadaire à des prix élevés», révèle le journal local Réflexion. «Pour mieux berner l’assistance impressionnée par les «miracles» de ces deux produits, ils exposent des  fiches  techniques» vantant les propriétés thérapeutiques de l’urine. Ils affirment  que son efficacité est attestée par des centaines de patients  ayant guéri  de tant de maux», ajoute la même source qui précise que le prix du litre est de 400 DA.

A noter que la consommation de l’urine de dromadaire, qui  a provoqué des problèmes de santé publique en Arabie saoudite et dans certains autres pays du Moyen-Orient, est officiellement interdite par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Où sont les pouvoirs publics?

Rania Aghiles