Une marche a été organisée, mardi à Alger, par une cinquantaine de policiers en uniforme. Les agents de la sûreté nationale ont battu le pavé sous une pluie battante, sur l’axe autoroutier reliant Bab Ezzouar à Alger-Centre. D’autres policiers se sont regroupés à Belcourt pour se diriger vers le siège de la DGSN à Bab El-Oued.  

Nous avons pu joindre, par téléphone, le responsable de la communication au niveau la DGSN, Djilali Boudalia, pour connaître les dessous de cette action inédite.  Et selon notre interlocuteur, les policiers qui ont tenu cette action de protestation font partie « d’une unité d’intervention qui sera déployée à Ghardaïa pour le renforcement du dispositif sécuritaire dans cette ville ». M.Boudalia, qui se trouve en ce moment-même à Ghardaïa, a refusé de reconnaître que des policiers soient sortis de leur unité pour tenir leur manifestation sur la voie publique en dépit des photos diffusées sur les réseaux sociaux. «Ils ont juste organisé une sorte de débat à l’intérieur de leurs structure pour discuter de la situation à Ghardaïa», nous a-t-il affirmé.

Les policiers de l’unité d’intervention ont manifesté leurs «préoccupations par rapport à ce qui se passe à Ghardaïa. Ils souhaitent qu’un terme soit mis à la situation qui prévaut dans cette ville« , nous dira encore Djilali Boudalia. Celui-ci nous informe également que le directeur du cabinet à la Direction générale de la Sûreté nationale s’est déplacé sur les lieux pour discuter avec les policiers frondeurs.

Arezki IBERSIENE