Le « Mapping 3D » revient à la Place de la Grande Poste le 1er novembre prochain pour célébrer le Soixantième anniversaire du déclenchement de la Révolution algérienne. Après le succès de l’année dernière, le cofondateur de K&A Communication Abada Sabr el Djamil dit vouloir démocratiser cette technologie en Algérie.

Faire revivre la bataille d’Alger en 3D à Place de la Grande Poste en 2014 : c’est le défi que se sont lancés l’année dernière les deux fondateurs de l’agence K&A Communication en amenant le Mapping 3D en Algérie. « Grâce à cette technologie, on a grimé la façade de la Grande Poste en maison de la Casbah pour raconter le combat fatal de Hassiba Ben Bouali pendant la Bataille d’Alger » explique Abada Sabr el Djamil, cofondateur de K&A Communication à l’origine du lancement du mapping 3D en Algérie.

Le mapping 3D, c’est cette technologie qui permet de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes en relief. « Le mapping avait déjà été utilisé en Algérie, mais jamais sur d’aussi gros volumes que la Grande Poste. L’événement de l’année dernière était une première » raconte Abada.

Et face à l’engouement suscité par la projection, K&A Communication récidive cette année. « On prépare actuellement le Soixantième anniversaire de la Révolution. Notre défi est de résumer l’histoire de la Révolution en 12 minutes. Il y a tellement de chose à raconter, il va falloir être le plus pédagogue possible ! ».

Mais Abada se dit confiant. « Avec le peu de financement qu’on a eu l’année dernière, on a réussi à attirer beaucoup de monde. En 2014, on a un plan média plus élaboré et trois séances de projection seront organisées pour ceux qui n’auront pas pu assister à la première ! », explique-t-il. La difficulté de se financer, c’est ce qui pousse Abada à vouloir démocratiser le Mapping 3D en Algérie.

« Il faut rendre accessible cette technologie au plus de monde possible pour que le prix baisse. Très souvent on est obligé de sous-traiter à d’autres entreprises alors que si nous avions notre propre matériel, nous pourrions aussi en faire bénéficier les petites associations qui n’ont pour l’instant pas les moyens d’organiser de tels événements. » relève Abada.

Le jeune entrepreneur dit vouloir hisser l’Algérie au même rang que les autres capitales. « Le mapping est pratiqué tous les mois dans les principales villes du monde, le Maroc en programme plusieurs chaque année. L’Algérie doit elle aussi posséder cette technologie qui a vocation à transformer la Grande Poste en Times Square ! ».

 

Article précédentLe jour où je suis entré dans la peau d’une Algérienne Par Abdou Semmar
Article suivantRévélations fracassantes sur Raouraoua et la FAF : Hannachi s’éclipse à la dernière minute