Marche contre le terrorisme : Les dirigeants du monde entier se donnent rendez-vous à Tunis

0
Advertisement

C’est la ministre du Tourisme tunisienne, Selma Elloumi Rékik, qui a annoncé cette grande marche contre le terrorisme, qui s’est une nouvelle fois illustré par l’attaque barbare dont à été victime des visiteurs, étrangers et tunisiens, du musée Bardo à Tunis. Des dirigeants du monde entier seront au rendez-vous.

Cette marche a été organisée par les trois institutions détentrices du pouvoir en Tunisie: la Présidence de la République, Premier ministère et l’Assemblée des représentants du peuple (parlement).

Selma Elloumi Rékik a également déclaré dimanche à l’agence ATP, que l’attaque terroriste contre le musée du Bardo à Tunis a « affecté l’économie tunisienne, le secteur du tourisme en particulier, qui ne représente pas moins de 7% du PIB ». Ce qui renforce la volonté du gouvernement à renforcer la sécurité et la stabilité du pays : «  Nous combattrons le fléau du terrorisme qui est étranger à la société tunisienne et que tous les Tunisiens rejettent » a-t-elle précisé, ajoutant que la violence et le terrorisme n’ont pas de place en Tunisie, pays de nature ouvert et tolérant.

Sécurité renforcée

« Les institutions de l’Etat, les endroits sensibles représentant les symboles de la souveraineté nationale et les zones touristiques ont connu un renforcement des mesures de sécurité », a-t-elle encore précisé.

Mme Selma Elloumi Rékik a souligné que le département du Tourisme œuvre à promouvoir le tourisme intérieur et maghrébin et appelle les Tunisiens vivant à l’étranger à visiter la Tunisie. Selon elle, « le nombre des réservations annulées est négligeable par rapport à l’ampleur de l’attaque». Elle a également mis en avant « le soutien des touristes actuellement en Tunisie, par leur participation aux marches et manifestations antiterroristes, mais également la solidarité des pays frères et amis ».

Alloui Nihel

Article précédentFin de la grève : Enseignants et élèves sèchent la reprise des cours
Article suivantAli Benflis: « Le message de Bouteflika prouve une vacance du pouvoir »