Nouvelle tragédie au Maroc. A Fès, pour échapper à un mariage forcé, une jeune fille de 17 ans s’est suicidée vendredi dernier.

Alors que sa famille voulait l’obliger à quitter l’école et à se marier, cette jeune marocaine a préféré mettre fin à ses jours ce 16 mai dernier, a révélé Abderrahman Bendiab, coordinateur régional de l’organisation marocaine « Touche pas à mon enfant ». Cité par l’agence espagnole EFE, cet interlocuteur marocain explique que cette jeune fille âgée de 17 ans est une lycéenne qui devait épouser un homme de 50 ans, comme sa famille l’avait décidé pour elle.

Ce nouvel triste épisode vient s’ajouter à  de nombreux autres suicides suite à des mariages forcés au Maroc, souvent entre une fille mineure et un futur mari beaucoup plus âgé. En Janvier dernier, une jeune fille s’était déjà suicidé dans la région de Rabat alors qu’elle allait être obligée de se marier à un homme de 50 ans, mariage arrangé entre les deux familles. En mars 2012, une autre histoire sordide avait fait la une au Maroc. Contrainte d’épouser son violeur, une jeune fille marocaine s’était suicidée. Depuis, l’article du code pénal marocain décriminalisant le violeur s’il épousait sa victime a été abrogé.

Au cours de ces dernières années, ce sont environ 40 000 jeunes mineures Marocaines concernées par les mariages arrangés. Pendant ce temps, le gouvernement marocain refuse toujours de faire passer l’âge minimum du mariage à 18 ans.