Un arbitre de touche international algérien a réagi d’une manière assez singulière, vendredi, au stade de Bordj Bou Arréridj, lors d’un match de championnat de Ligue 2 opposant le Cabba, à domicile, au WA Tlemcen pour dénoncer la corruption qui gangrène le football en Algérie. 

Les joueurs de football ont pris l’habitude de célébrer leur but en retirant leur maillot, quitte à écoper d’un carton jaune. Les arbitres beaucoup moins. Vendredi, Amine Bitam, qui officiait lors du match de Ligue 2 Cabba- WA Tlemcen vendredi, a été l’auteur d’un geste pour le moins surprenant de la part d’un arbitre de touche.

Le président de la LFP directement mis en cause

bitam
L’arbitre international algérien, Amine Bitam, a porté de graves accusations contre les dirigeants du football national, à commencer par le président de la LFP.

A la mi-temps de cette rencontre, il a enlevé son maillot pour laisser apparaître un T-shirt sur lequel était annoté : «Kerbadj et Hamoum, une histoire d’un jeu manipulé». Une mise en cause direct de Mahfoud Kerbadj, le président de la Ligue de football professionnel (LFP) et de Hammoum, le Président de la Commission d’arbitrage. Questionné par nombre de journalistes, présents au stade de Bordj Bou Arréridj ce soir-là, l’arbitre de touche est revenu sur son geste. Il a répondu avoir voulu dénoncer sa mise à l’écart du stage pour les arbitres, organisé par la Fifa ces jours-ci à Alger.

Amine Bitam se dit victime des dirigeants du football national car il n’a jamais souhaité prendre part à leurs « combines », a-t-il expliqué à l’issue de la première mi-temps. A plusieurs reprises, les responsables du football en Algérie l’ont approché pour s’assurer de ses faveurs, dénonce cet arbitre. Il a ainsi raconté que Mahfoud Kerbadj, le président de la LFP en personne, l’avait appelé la saison passée pour lui demander de désavantager la JSK, qui jouait à domicile, lors de la demi-finale de la Coupe d’Algérie face au CRB Ain Fekroun. Un responsable du football lui a également demandé de faire gagner le MCA au détriment de l’USMA lors de la rencontre de la Super Coupe d’Algérie, opposant les deux clubs algérois. Le trio arbitral s’était exécuté, refusant ainsi un penalty « réel » pour l’USMA, accuse encore l’arbitre de touche. Amine Bitam a même demandé des excuses aux Usmistes.

Les graves accusations d’Amine Bitam rappelle que la corruption gangrène le football national. Et cette polémique discrédite une nouvelle fois le championnat algérien.

Elyas Nour

Article précédentVidéo. Le calvaire des réfugiés subsahariens en Algérie
Article suivantCrash du vol AH 5017 d’Air Algérie : « Rien ne peut confirmer ou infirmer la piste terroriste »