Ce jeudi matin, la rédaction web du quotidien français Le Figaro s’est fendu d’un sondage plus que sulfureux, prenant à partie la communauté musulmane de France, suite à la décapitation de l’otage français Hervé Gourdel. Le sondage, qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, n’est resté en ligne que 45 minutes.

Le mal est fait. Ce jeudi matin, le site internet du Figaro posait cette question : « Assassinat d’Hervé Gourdel : Estimez-vous suffisante la condamnation des musulmans de France ? » Dans un pays, où les médias sont coutumiers des amalgames entre musulmans et terroristes, la question a fait grincer des dents, notamment sur les réseaux sociaux.

Quelques minutes après sa publication, de nombreux internautes ont fustigé ce qu’ils considèrent être une aberration : Pourquoi les personnes de confession musulmane, vivant en France ou ailleurs, doivent-elles se justifier plus que d’autres ? Pourquoi doivent-ils sans cesse se désolidariser des organisations djihadistes, qui ont prêté allégeance à Aqmi, au Califat islamique en Irak ou d’autres groupuscules terroristes ?

 

 

 

En réponse, le site internet d’information Rue89 a publié une tribune dans laquelle il ironise sur le sondage, aux relents islamophobes, du Figaro. Le site établie ainsi une liste plus ou moins sérieuses « des désolidarisations qui auraient pu être exigées, et ne l’ont pas été, va savoir pourquoi ».

Des personnalités politiques, à l’image de la député Vert Cécile Du flot, ex-ministre du la Ville, a également dénoncé cette aberration.

 

 

Sous le coup de la critique et face à l’importance de la mobilisation sur le web, le Figaro a fini par retirer sa question presque 45 minutes après sa mise en ligne.

 

 

Une victoire des usagers des réseaux sociaux, notamment de Twitter au goût amer. Les excuses du Figaro n’ont effectivement pas suffi à convaincre les internautes en colère.

 

Ce sulfureux sondage du Figaro dénote d’autant plus que la communauté musulmane de France a été parmi les premières à condamner cet odieux acte, après la diffusion de la décapitation d’Hervé Gourdel. D’ailleurs, au moment où Le Figaro publiait son sondage, le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, appelait « les musulmans et leurs amis » à se rassembler devant la mosquée de Paris, vendredi.