Ressources en eau

Alger : Le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique a précisé lundi que l’Algérie est classée parmi les pays pauvres en termes de ressources en eau, soulignant dans un communiqué qu’elle connaît des périodes de sécheresse longues et récurrentes caractérisées par un déficit des taux de précipitations, qui s’élèvent à entre 40 et 50 pour cent ces dernières années par rapport aux taux précédents.

Le ministère a souligné que le manque de pluie dû aux changements climatiques a eu un impact important sur l’approvisionnement en eau potable de la population, ce qui a eu un impact clair sur 20 états algériens, en plus d’une baisse notable du niveau d’eau au niveau de 26 barrages. Qui approvisionnent ces États en eau potable.

La même autorité a pris un certain nombre de mesures pour assurer une distribution régulière d’eau potable au profit des habitants de la wilaya de Sidi Bel Abbes.

Selon le communiqué du ministère, l’approvisionnement en eau potable sera amélioré en la complétant avec 11 000 mètres cubes par jour à partir du barrage de Sakak.

Deux prospecteurs seront également mis en service à Sidi Abdali et Borj 2 avec une production estimée à 5 000 mètres cubes par jour, en plus de 03 nouveaux prospecteurs qui entreront en service d’ici la fin de cette semaine.

Il est prévu que la source d’Ain Sokhna soit réhabilitée en mobilisant des quantités supplémentaires estimées à 4000 m3 par jour, avec un avenant au programme de distribution.

Dans le même contexte, le directeur central de l’Agence nationale des barrages roses, Ben Ali, révélait en novembre dernier que les barrages étaient remplis à 34 pour cent au niveau national , indiquant que le pourcentage varie d’une région à l’autre, car les barrages de la région orientale étaient rempli à 57 pour cent, tandis que les barrages de la région occidentale étaient remplis à environ 20 pour cent, tandis que les barrages centraux ne dépassaient pas 10 pour cent.