Modul’homme
Réalisé en occasion de l’exposition personnelle d’Argentinelee

Exposition du 16 mai au 31 juillet 2009

Galerie KernotArt – 14 rue Saint – Claude – 75003 Paris
Métro : Saint – Sébastien – Froissart, ligne 8 ou Saint – Paul, ligne 1

«..Le travail d’Argentinelee révèle l’excès de standardisation et de mécanisation du monde postmoderne, dans lequel la vitesse du progrès machinique minore l’humanité et la sensibilité humaine au profit de la puissance et de la maîtrise. Depuis la modernisation et l’industrialisation, les systèmes technologiques, régis par l’efficacité et le fonctionnalisme, outils de domination sociale, sont devenus d’une grande complexité qui dépasse l’individu. Sur le plan esthétique, depuis la période de la Renaissance, la notion de perspective est le produit de la modernisation: elle permet la maîtrise de l’espace à travers la géométrisation du réel. Quant à elle, Argentinelee met en avant le système géométrique et en révèle un autre aspect : elle signale le décalage entre la règle et la réalité. Chez elle, la perception du corps est une représentation métaphorique du sentiment, de la psychologie, et même de l’inconscient. Paradoxalement, elle utilise les formes géométriques – sphères, cubes et cônes – pour lutter contre la géométrie, pour dévoiler cette autre face, dissimulée, de la forme. Argentinelee a recours au corps, lieu de modes multiples de saisie perceptive : perception optique, certes, mais aussi tactile, sensible. La géométrie refoule la dimension organique, dissimulée sous l’abstraction idéalisante de la forme pure, mais Argentinelee expose justement cette dimension occultée qui transparaît dans ses structures géométriques organisées avec des corps qui servent de modules dans des matrices formelles que l’on peut nommer des « géométries sensibles »…».

extrait du texte critique de Sou-Hyeun KIM

Historienne d’art

Le catalogue sera signé et numéroté par l’artiste pendant la soirée.

Article précédentSoutenez Algerie-Focus…
Article suivantAlgérie. Adoption de la loi de lutte contre la cybercriminalité