Les révélations sur la gestion douteuse du secteur de l’industrie par Abdeslam Bouchouareb se poursuivent en s’aggravant. La dernière en date nous apprend que l’ex-ministre avait confectionné deux cahiers des charges pour l’activité du montage automobile, l’un pour les amis et l’autre, pour l’investisseur lambda.  

L’ex-ministre de l’Industrie et de Mines Abdeslam Bouchouareb, avait élaboré deux cahiers des charges auxquels il soumettait, selon ses affinités, les opérateurs désireux d’investir dans le domaine, rapporte le site d’information SabeqPress qui affirme détenir une copie des deux documents.

Selon le site, l’ex-ministre de l’Industrie soumettait selon son bon vouloir, les opérateurs à des cahiers des charges comportant des différences fondamentales comme l’obligation de participation au capital inscrit comme condition dans le premier cahier et pas dans le second.

L’ex-ministre, qui se défendait, à chaque fois qu’on l’attaquait sur la pertinence de tels investissements, par l’existence d’un cahier des charges rigoureux, ne disposait, en réalité, que d’un document de six pages sur lesquelles étaient inscrits 17 points grossièrement formulés et sujets à interprétation.

Pour mesurer l’ampleur du bâclage, on peut se référer à l’article 9 du document qui explique, de façon tout à fait imprécise, le calcul du taux d’intégration faisant de ce secteur le réceptacle de toutes les dérives.

Massi M.

 

 

Article précédentImportations algériennes de France/ Que de futilités !
Article suivantDiplomatie / Exclusif – Entretien avec le nouvel ambassadeur de France en Algérie, M. Xavier Driencourt