Plusieurs protestataires ayant pris part à un sit-in dans la localité d’El-Ghil, commune de Maâdid, dans la wilaya de M’Sila, ont été victimes d’une intervention  musclée des forces antiémeutes de la gendarmerie nationale, rapporte la section locale de Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH). L’intervention d’une violence inouïe à fait six blessés dont deux dans un état grave, indique encore la même source.   

La crise, en gestation depuis 2009, a accouché du mouvement de protestation, le 6 septembre en cours, lorsque 200 citoyens de cette localité ont bloqué l’accès à la mairie de Maâdid, pour exiger le raccordement au réseau de gaz de ville.

Menés en bateau depuis sept ans, les habitants de cette ville ont décidé de passer à l’acte pacifiquement. Des négociations ont été entamées avec le P/APC et le chef de Daira afin que le terrain soit balisé à une prise de contact avec le wali. Ce dernier a accepté de recevoir dix représentants de la population à condition qu’il soit mis fin au mouvement de protestation. Finalement, l’intervention musclée des forces antiémeutes de la gendarmerie nationale a mis fin au dialogue sans aboutir à une solution, indique la LADDH.

Le 14 septembre, en effet, environ 150 éléments des forces antiémeutes ont été dépêchés sur place pour prendre en tenaille les participants à ce mouvement. Des grenades lacrymogènes ont atterri dans l’école primaire Émir Abdelkader voisine de la mairie, où plusieurs cas d’asphyxie et évanouissement ont été observés parmi les écoliers.

Cette interventions’est soldée par la blessure de six personnes dont deux grièvement. Il s’agit, selon la ligue, de Seraiche Salah, 35 ans, un passant, et Belaribi Abderraouf, 20 ans, qui a reçu une grenade lacrymogène sur le dos lui causant d’importantes brûlures. 15 protestataires ont également été arrêtés, affirme la même source.

Massi M.

Article précédentHadj 2016/ Une Algérienne accouche à la Mecque     
Article suivantVidéo/Le crédit auto, comment ça marche ?