La consommation de psychotropes est un indicateur certain du degré de malaise dans une société. L’Algérie représente, aujourd’hui, l’un des plus grands marchés dans la région, un marché fort convoité par la mafia de la drogue.

Les services de sécurité annoncent régulièrement des saisies de drogue. Les prises ne concernent pas seulement les substances classées comme drogues douces, mais portent de plus en plus des drogues dites dures, à l’instar des psychotropes. Les trafiquants ont compris que le marché algérien est porteur. Les consommateurs de psychotropes ne sont pas les victimes d’une mode, d’une tendance qui risque de se dissiper avec le temps.

Les consommateurs algériens sont en majorité des jeunes sans réelles perspectives d’avenir. Ils ont perdu confiance en eux même, en leur société. Ce sont les produits d’une société en faillite. Il sont également les victimes d’une défaillance dans la redistribution de la rente, de l’échec du système scolaire et de l’évaporation des valeurs et de l’éthique à tous les nivaux.

Ils sont, selon des chiffres officiels probablement inférieurs à la réalité, plus de 1 600 000 Algériens à  consommer de la drogue. Le fléau touche aussi bien l’école et l’université que les milieux professionnels et sportifs. Les Algériens se droguent pour s’extraire temporairement d’une réalité amère.

Ce fléau va probablement s’accentuer avec la crise en cours. Les trafiquants de drogue l’ont bien compris. Les saisies se multiplient dévoilant, à chaque fois, de nouveaux produits qui viennent de «pays voisins», selon des responsables de la gendarmerie nationale. Au total, 302.000 comprimés psychotropes, dont une partie importante a été fabriquée dans les laboratoires clandestins ont été saisis entre janvier et avril 2016.

Les jeunes algériens courent derrière le bonheur et à défaut de le rencontrer grâce à une vie faite de réussites,  ils «l’ingèrent» sous forme de comprimés. Le « Mythilone » et le « Bythilone » sont deux nouveaux psychotropes qui ont envahi dernièrement l’Algérie. Une petite recherche sur Internet permet de comprendre l’état recherché par les jeunes qui consomment ce type de produits.

Les effets que procure le Mythilone, par exemple, sont la désinhibition, la sensation d’énergie et de forme (meilleures performances physiques), la sensations de bien-être, d’euphorie, la sensation d’empathie et l’exacerbation des sens (notamment tactile et sensibilité à la musique). Autrement dit, il s’agit d’un outil de déconnexion totale de la dure réalité de la vie.

Massi M.

Article précédentVidéo. Zighoud Youcef (Constantine)/ Le projet d’implantation d’une décharge provoque de violentes émeutes
Article suivantRisque séismique/ L’Algérie se prépare à une catastrophe majeure