Il n’est pas question de faire de la Roqia une « profession » légale et réglementée en Algérie. C’est le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa, qui l’affirme haut et fort. 

Ce ministre a souligné jeudi que les imams et leurs auxiliaires sont interdits de pratiquer la Roqia dans les mosquées et écoles coraniques, soulignant qu’il ne s’agit nullement « d’une profession » et qu’elle « ne sera pas homologuée ». Mohamed Aissa répond ainsi au député et membre de  l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Eddaoui, qui avait réclamé dans une correspondance adressée au ministère des Affaires Religieuses la « légalisation » du recours et traitement par la Roqia. Ce député avait même demandé un « statut juridique » aux « Rakis », ou exorcistes, pour qu’ils puissent délivrer des prescriptions médicales…

Article précédentL’Etat menace les bénéficiaires de l’ANSEJ/Vous devez rembourser vos crédits, sinon…
Article suivantVidéo. Attentat contre Bouteflika, intervention des américains contre le général Toufik/Les très graves accusations du patron d’Ennahar