Environ 200 tonnes de pomme de terre ont été expédiées à ce jour vers les chambres froides à Oran, a indiqué le chef de service de production de la direction des services agricoles de la wilaya. La quantité de ce tubercule «peut être révisée à la hausse compte tenu des conventions signées entre l’ONAB et les producteurs privés», a souligné Abdelli Benaouda, précisant que le complexe frigorifique, basé dans la commune d’El Kerma, est le plus important entrepôt dans la wilaya.

Il appartient à un privé qui a bénéficié du soutien de l’Etat dans le cadre du PNDA. Le système de régulation des produits de large consommation (syrpalac), qui est à sa deuxième année d’expérience, connaît une avancée appréciable, a assuré ce responsable des services agricoles qui a ajouté que le stockage se fait par le biais de Proda, une filiale de la SGP-ONAB, qui a été désignée par l’Etat pour acheter ce tubercule auprès des agriculteurs. Un dispositif qui répond à une urgence, celle de freiner le phénomène de la spéculation et réguler le marché en la matière en cas de perturbation, outre la garantie des revenus des agriculteurs, a rappelé ce responsable.

«La wilaya d’Oran, qui n’est pas productrice de pomme de terre, a réussi tout de même à produire 7.200 tonnes sur une superficie de 200 ha, à raison de 360 quintaux à l’hectare avec un pic de 400 quintaux à l’hectare», a-t-il fait remarquer. Compte tenu de cette expérience «probante» au plan local, il est envisagé d’augmenter la production en essayant de gagner d’autres superficies agricoles, à l’exemple de certaines wilayas comme Tipaza et Mostaganem.

Avec Le Financier

Article précédentRéduction des tarifs de transports : Qui est membre de la Communauté algérienne?
Article suivantAlgérie-Uruguay. Déclarations et commentaires