blank

Certains commerçants sont prêts à tout pour faire du profit. A Oran, les services de contrôle de la direction de la concurrence et des prix (DCP) ont fermé, récemment, pas moins de sept boucheries pour utilisation d’un produit dangereux dans la préparation de la viande hachée et du merguez.

Il s’agit du métabisulfite, un produit «chimique nocif en cas d’ingestion et pouvant provoquer de graves lésions oculaires. Il dégage au contact de l’acide, un gaz toxique», lit-on sur des sites spécialisés. «Le produit craint l’humidité, il doit être conservé dans des lieux secs, correctement aérés, à une distance éloignée d’acides et d’agents d’oxydation. Il doit être tenu loin de la nourriture, des boissons et aliments», ajoute-t-on encore.

Les propriétaires des boucheries concernés par la décision de fermeture utilisaient le métabisulfite pour stopper le phénomène du noircissement et la dégradation de la viande. En d’autres termes, les clients ont l’impression d’acheter de la viande fraîche alors qu’elle est quasi-avariée.

Notons que ce n’est pas la première fois que des boucheries sont prises en flagrant délit de fraude. Il y a quelques années, les services de contrôle en ont  fermé une à la place du 1er Mai, à Alger, après y avoir découvert que le propriétaire utilisait un produit utilisé dans les morgues pour la préservation des cadavres.

Elyas Nour

Article précédentSéismes/Pourquoi la région de Médéa tremble-t-elle autant ?
Article suivantFinances locales/ Bedoui demande aux walis de se débrouiller