Les cours du pétrole continuent de plonger et cela risque de durer, estiment plusieurs experts, notant que les prix ont atteint leur niveau le plus bas depuis six ans.  

 les prix du baril de brent et celui du « light sweet crude » oscillaient vendredi, entre 36.97 et 34.85 dollars US donnant ainsi l’impression que toute tentative de les voir rebondir est sans espoir. Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, évoque même une possibilité de déclin des prix vers les 30 dollars le baril sur le court à moyen terme, confirmant ainsi la thèse de plusieurs autres cabinets de notations.

 « Tout d’abord en milieu de semaine, ce sont les statistiques sur les réserves de brut aux Etats-Unis qui sont venues fragiliser cette hausse engagée  lundi dernier », selon les analystes de Saxo Banque. Les stocks hebdomadaires de brut américains se sont en effet fortement  consolidés lors de la semaine achevée le 11 décembre, grimpant de 4,8 millions de barils, alors que les analystes tablaient sur une baisse de 1,5 million de barils.

Dans cette conjoncture, la Réserve fédérale américaine (Fed) procède actuellement au rehaussement de ses taux d’intérêt pour la première fois depuis 2006 , « l’euro a reperdu du terrain face au dollar, ce qui rend le brut (libellé en billets verts) moins attractif pour les investisseurs qui possèdent d’autres devises », ajoutaient les analystes de Saxo Banque.

Vient s’ajouter à cela, la décision des autorités américaines de lever l’interdiction pesant depuis 40 ans sur les exportations de pétrole américain officialisée vendredi.

Massinissa Mansour

Article précédentEnvironnement/ L’Algérie, potentiel leader africain dans la lutte contre les changements climatiques ?
Article suivantQuatre morts à Tébessa/ Attention, la grippe saisonnière tue toujours en Algérie!