?????????????????????????????????????????????????????????

L’Algérie n’arrive à exporter annuellement que 3% de sa production de dattes, ce qui est insignifiant eu égard au potentiel existant. Des pays, à l’instar de la Tunisie, avec des superficies infiniment moins importantes, réalisent de meilleurs résultats en la matière.

«Avec 19 millions de palmiers sur une superficie de 167.000 hectares, nous n’arriverons jamais à progresser en terme d’exportation de dattes qui stagne, actuellement, autour de 3% seulement du volume global de la production estimée à un million de tonnes», a déclaré, hier), le ministre de Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, lors d’une rencontre à Alger, avec les professionnels de la filière.

Selon lui, «en 2016, les exportations de ce fruit avaient atteint une quantité de l’ordre de 31.000 tonnes pour un montant de 37,5 millions de dollars, en hausse de 8% par rapport à 2015». A titre d’exemple, la Tunisie a exporté, en l’espace de quatre mois seulement (du 1er octobre 2016 au 30 janvier 2017), plus de 40 000 tonnes. Durant la même période, la région de Tozeur, à elle seule, a exporté près de 16 160 tonnes, ce qui représente la moitié des exportations algériennes.

Si le ministre a énuméré nombre de mesures prises par les autorités pour «encourager» les exportateurs, ces derniers ont évoqué, lors de la rencontre, les multiples tracasseries bureaucratiques et bancaires auxquels ils font face.

Elyas Nour

Article précédentLogement social/ Poursuites judiciaires contre les «mauvais payeurs»
Article suivantRetraités et invalides de l’ANP/ Ultimatum d’une semaine des protestataires au gouvernement