Paludisme en Algérie
Paludisme en Algérie

Le paludisme soulève un véritable vent de panique dans le sud du pays. Plusieurs personnes atteintes de paludisme ont été hospitalisées et le ministère de la Santé a sonné l’alarme afin d’empêcher la propagation de cette maladie très dangereuse. 

Selon l’APS, trois nouveaux cas suspectés de paludisme ont été enregistrés ces dernières heures dans la wilaya d’Ouargla, portant ainsi le nombre à neuf (9) patients. Toutes ces personnes sont sous contrôle médical au niveau des services de santé de la wilaya, dans l’attente de la confirmation officielle de la maladie par l’Institut  national de santé publique (INSP, Alger), a expliqué le wali d’Ouargla, Saâd Agoudjil, cité par la même source. Auparavant, six cas suspectés de paludisme avaient été décelés dans plusieurs localités de la wilaya.

A Ouargla, la mobilisation est générale et une campagne pour circonscrire la maladie et éviter sa propagation a été lancée. Par ailleurs, une étude épidémiologique globale est toujours en cours afin de déterminer le vecteur de la pathologie, a-t-on appris. De son côté, le ministère de la Santé a annoncé qu’une commission ministérielle a été dépêchée à Ouargla pour entamer une enquête sur les cas suspectés de paludisme.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie qui peut être mortelle. Elle est due à des parasites du genre Plasmodium transmis par des moustiques de type Anopheles infectés, qui piquent habituellement la nuit. Selon les experts de l’organisation mondiale de la santé (OMS), le manque criant d’hygiène favorise le développement de ces moustiques.

Rappelons que l’Algérie avait connu, par le passé, une série de cas de paludisme à travers le pays. Des statistiques de l’Institut national de la santé publique (INSP), datant de 2008, précisent que pas moins de 196 cas de paludisme ont été recensés à travers le pays.

 Nourhane S. 

Article précédentAutoroute Est-Ouest/ Le ministre des Travaux publics menace les entreprises et bureaux d’études chargés de la réalisation
Article suivantBouteflika/ « Le projet de révision constitutionnelle sera bientôt rendu public »