Pour sa première sortie médiatique en soutien au candidat Ali Benflis, le colonel Ahmed Bencherif, ancien commandant en chef de la gendarmerie nationale, a jeté un véritable pavé dans la mare. Il affirme, lors d’une conférence de presse animée au siège de la permanence de campagne de Ali Benflis, que « Saïd Bouteflika d’être à la tête » d’une mafia politico-financière qui a pris le pouvoir en Algérie depuis la maladie de mon ami Abdelaziz Bouteflika.

Pis, le moudjahid, aujourd’hui âgé de 86 ans, estime que « Bouteflika est inconscient ». Brandissant son téléphone portable, le vieux maquisard révèle que : « J’ai le numéro personnel d’Abdelaziz Bouteflika sur cet appareil. Je l’ai appelé plusieurs fois ces derniers temps. Il n’arrive même pas à parler au téléphone. Il est « complètement inconscient. » Le vieux militant, qui perd parfois le fil conducteur, atteste qu’il « y a vacance de pouvoir en Algérie ».

 « Un AVC ne pardonne pas. Il laisse des séquelles irréversibles », a-t-il affirmé. Pour apporter les preuves de ce qu’il avance, l’ancien colonel donne l’exemple de 5 personnes de sa famille qui ont eu la même maladie. « 4 sont morts et le 5ème est incapable de parler ».

Ahmed Bencherif est également remonté plus loin dans l’histoire et a évoqué le passé de Bouteflika. « Bouteflika n’avait passé que 7 jours au maquis », dit-il. Le reste, témoigne encore l’ancien ministre de l’Agriculture, « Bouteflika l’a passé aux frontières avec Boumediène ». Revenant sur l’élection d’avril prochain, Ahmed Bencherif prévoit un vote en faveur de Ali Benflis. Mais, poursuit-il, « il ne faut pas se faire d’illusions. La machine de la fraude est toujours là ». En cas de de fraude, l’ancien moudjahid, appelle à « une manifestation
pacifique à Alger pour dénoncer la fraude ».

Essaïd Wakli

Article précédentMots de campagne : inattendues ou réfléchies, les meilleures remarques des Algériens sur la Présidentielle
Article suivantPrésidentielle : Ali Benflis promet « la promotion du tamazight »