Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, a affirmé, dimanche à Alger, que l’envoi de hadjis aux lieux saints de l’Islam se poursuivra même après l’apparition du premier cas de grippe porcine en Algérie. «Nous continuerons à envoyer les hadjis algériens aux lieux saints de l’Islam et l’apparition d’un seul cas de grippe porcine n’influera pas cette opération», a indiqué le ministre des Affaires religieuses en réponse à une question posée en marge des deux journées d’étude sur la durabilité des matériaux de construction «les matériaux métalliques et béton» pour la réalisation de la Mosquée d’Alger. Ce cas «a été mis en quarantaine et sera traité», a rappelé le ministre, soulignant que l’Algérie «possède les moyens thérapeutiques contre cette maladie».

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait annoncé, samedi, l’enregistrement du premier cas avéré de grippe porcine chez une ressortissante algérienne, arrivée mardi dernier à Alger en provenance de Miami. «La personne confirmée positive au test du virus de la grippe A/H1N1 ainsi que ses deux filles sont hospitalisées dans un service de référence où elles reçoivent les soins appropriés», avait-il souligné.

Le ministère de la Santé avait tenu à rassurer les citoyens que toutes les mesures médico-sanitaires prévues dans le plan national de lutte contre la pandémie de grippe A/H1N1 avaient été mises en œuvre. «Cette détection rapide témoigne de l’efficacité du système mis en place par le ministère de la Santé», avait-il ajouté.

Avec Le Financier

porcine