Les pages et groupes de soutien au Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, se multiplient sur les réseaux sociaux. En plus de l’appuyer dans sa « croisade » contre l’argent sale, ils lui demandent de se porter candidat aux présidentielles de 2019.

« La lutte contre l’argent sale » n’a pas laissé indifférents les Algériens. Sur les réseaux sociaux, des pages et groupes baptisés Tebboune président ont fait leur apparition dans la foulée de la directive du président Bouteflika dans laquelle il a sévèrement recadré son Premier ministre, le sommant de mettre fin au «harcèlement des opérateurs économiques».

Sur Facebook et Twitter, des Algériens exigent que la séparation entre l’argent sale et le pouvoir soit conduite à terme. Pour ce faire, l’intronisation président de l’actuel Premier ministre est, pensent-ils, nécessaire pour démanteler un clan qui use de tous les poyens pour se maintenir. Ainsi, selon ces internautes, la directive transmise de présidence à l’adresse de M. Tebboune n’émane pas du président Abdelaziz Bouteflika, mais de son frère cadet, Saïd, qui a, selon eux, orchestré cette cabale avec l’aide du chef de cabinet à la Présidence de la République, Ahmed Ouyahia.

De leur coté, les détracteurs de ces groupes estiment que « la lutte contre l’argent sale » déclarée par le Premier ministre est une opération chimérique. A leur sens, la manœuvre du Premier ministre est animée par des velléités nourries par un clan du régime et dont M. Tebboune ne serait qu’un serviteur parmi d’autres.

Massi M.

Article précédentAffaire du décès de la parturiente de Djelfa/ L’époux aurait refusé que sa femme soit examinée par un homme
Article suivantLutte antiterroriste/ L’UE sollicite l’aide de l’Algérie pour le cas des binationaux