« Le Président Zeroual est prêt à revenir si le pays est menacé ». Nacer Aït-Ambar, qui a fait partie de la délégation qui a rencontré, l’été dernier l’ancien chef de l’Etat dans son domicile de Batna, ne tarit pas déloges sur son prestigieux hôte.

Rencontré samedi à Alger, le fils de Chahid, qui a fait partie de la délégation d’enfants de Chouhada qui ont été accueillis par l’ancien Président de la République en juillet 2013 à Batna, a tenu à préciser à Algérie-Focus.com qu’après cette rencontre, « personne d’autre n’a rencontré le président Zeroual dans un cadre officiel ». Notre interlocuteur veut notamment éclairer l’opinion publique sur une récente tentative de rencontrer l’ancien chef de l’Etat. « Je tiens à préciser que ce groupe qui a tenté de voir Zeroual n’a rien à voir avec nous. Ce sont des gens qui tentent, au contraire, de tromper l’opinion publique. Ce sont de faux fils de chahid », a estimé Nacer Ait-Ambar. Ce dernier tient également à lever toute ambiguïté quand à l’appartenance de son groupe. « Notre seul parti est l’Algérie », a-t-il estimé.

Invité à revenir sur la fameuse rencontre à Batna, Nacer Aït-Ambar a indiqué que Zeroual, qui a reçu la délégation d’enfants de chouhadas venus des 48 wilayates du pays pendant 6 heures, a dit aux visiteurs qu’il n’est pas intéressé par la présidence. « J’ai commencé  militaire à l’âge de 17 ans. Il est temps de laisser la place aux jeunes », avait déclaré Zeroual. « Mr le Président, ces jeunes ont besoin d’un guide comme vous », rétorque Nacer Aït-Ambar. Niet de Zeroual. Mais l’ancien président se tient prêt si le pays est dans le danger. « Je ne reviendrai que si le pays est en danger », a-t-il dit. Interrogé sur la période de règne de Abdelaziz Bouteflika, Liamine Zeroual s’est contenté de répondre : « Que Dieu le guérisse » !

Le groupe d’enfants de Chouhadas a fait d’autres tentatives de rencontrer Liamine Zeroual. En vain. « L’entourage de Mr Zeroual nous a dit qu’il est fatigué ».

Essaïd Wakli

Article précédentAlgérie : des promesses de logements en contrepartie de bulletins de vote ?
Article suivantINFOGRAPHIE. Combien coûte l’élection présidentielle à l’Etat algérien ?