Le premier ministre japonais Shinzo Abe déclaré samedi matin que la prise d’otages en Algérie était un acte « ignoble » que le Japon « ne pardonnera jamais », rapporte l’AFP. « Cette affaire est extrêmement ignoble, nous ne pourrons jamais pardonner », a-t-il déclaré à la presse à l’issue d’une réunion de crise à Tokyo.

Le Japon, dont plusieurs ressortissants ont été pris en otage sur le site de BP durant ces trois derniers jours à  In Aménas a fermement condamné cette attaque terroriste qui a secoué le monde entier. Le pays nippon reste choqué par l’attaque où l’un de ses citoyens a été tué. D’autant plus que la vie d’un citoyen japonais est encore en danger d’après des sources au sein du groupe armé cité par l’agence de presse mauritanienne ANI, qui ont expliqué qu’il  restait encore un Japonais détenu.

« Je vous demande de faire de votre mieux pour s’assurer de la sécurité de nos ressortissants et de les sauver par n’importe quel moyen », a déclaré le Premier ministre aux hauts dirigeants gouvernementaux présents. « Je tiens à apporter une réponse ferme », a déclaré Shinzo Abe, cité par l’agence de presse Kyodo.

Le Japon avait exprimé son mécontentement à l’Algérie, après le lancement de l’attaque militaire pour libérer les otages à qui il reprochait d’avoir agi seule. Le gouvernement nippon avait même convoqué l’ambassadeur d’Algérie à Tokyo pour protester contre cette décision. Le chef du gouvernement avait quant à lui téléphoné à Abdelmalek Sellal, pour exiger l’arrêt immédiat de cette action armée.

La rédaction avec AFP