Problèmes identitaires en Algérie/ Convoquons un DEBAT NATIONAL Par Abdou Semmar

0
Advertisement

Algérie Focus est un espace ouvert au débat constructif. Nous considérons par conséquent qu’il n’existe aucun sujet tabou. Mieux encore, nous estimons qu’il est de notre devoir de débusquer les sujets qui fâchent et de les soumettre à la sagacité de tous, dans l’espoir que tous les malentendus soient levés dans l’intérêt de la clarification, dans un débat ouvert franc et constructif.

Dans notre journal, malgré toutes les pressions que l’on devine, nous avons toujours débattu des sujets de société les plus complexes, même si la teneur n’a pas toujours été au rendez-vous à cause d’internautes perturbateurs qui n’hésitent pas à recourir à la grossièreté et à l’insulte sans le moindre respect pour la communauté des lecteurs et des internautes. A ceux-là nous demandons simplement un peu de tenue et de respect de nos pères, de nos mères et de nos enfants.

 

Cela étant dit, nous pensons qu’il est temps aujourd’hui d’aborder un sujet de la plus haute importance parce qu’il porte en lui les germes de la discorde et qu’il représente à terme, un grand danger pour la stabilité de notre pays. Il s’agit de la berbérité au sens générique du terme et dont une partie de l’Algérie -en l’occurrence la Kabylie- en a fait un sujet de prédilection au point de faire croire qu’il représente l’alpha et l’oméga de notre histoire commune. Tant et si bien, qu’une revendication noble, légitime et historiquement fondée, à savoir la reconnaissance de l’entité kabyle avec tout ce que cela induit comme patrimoine linguistique et  culturel, est devenue par la maladresse et la crispation des uns et des autres, l’objet de tous les ressentiments et de toutes les rancœurs et représente par conséquent une véritable bombe à retardement.

 

La situation actuelle caractérisée par un repli évident et un communautarisme jamais atteint dans notre pays est sans conteste le résultat d’une politique de gribouille menée par les gouvernements précédents, dont les responsables ont, le moins qu’on puisse dire manqué de courage, de lucidité et pour tout dire de connaissance de leur propre histoire. Quand un gouvernement interdit à un club de foot-ball de Kabylie de s’appeler tout naturellement J.S.K, à cause de la connotation prétendument « régionaliste » et se voit imposer l’appellation « Jeunesse Electronique de Tizi-Ouzou », cela en dit long sur le niveau de nos responsables. Ce mépris de la réalité, perçu à juste titre par la Kabylie comme étant l’expression d’un déni et d’une « hogra » incommensurable et inadmissible, a provoqué comme il fallait s’y attendre une réaction de révolte tout à fait naturelle qui, au lieu d’être exploitée par les Autorités pour jeter les bases d’un débat national sérieux, a été au contraire le prétexte d’une répression sanglante dont la tentation régionaliste ou séparatiste n’est que l’une des répliques les plus apparentes.

 

La rupture totale de dialogue sur la question du « malaise kabyle » et sur l’histoire berbère de l’Algérie, a laissé place inévitablement à des comportements et à des initiatives qui mettent en péril les fondements mêmes de notre société et qui donnent des appétits à des officines qui ne nous veulent pas que du bien.

 

Quand Bernard-Henry Lévy soutient l’initiative d’un Etat Kabyle, et que la mouvance Kabylo-sioniste est avérée chez nous, il y a lieu, toutes affaires cessantes, de se saisir sérieusement de la question.

 

L’Algérie est une grande famille et quand dans une famille il y a du tiraillement, des malentendus qui s’accumulent et des conflits qui surgissent périodiquement, la sagesse veut qu’on se réunisse et qu’on mette à plat tous les problèmes. Et l’entente sera forcément au bout du chemin parce qu’elle est la condition de la survie de la famille elle-même.

 

L’Algérie est un pays riche de sa diversité, comme l’est précisément la famille Amazigh. Notre pays est grand et magnifique. Il a eu la chance d’avoir été traversé durant des siècles par des apports extérieurs qui nous ont légué une partie de notre patrimoine actuel. Cette diversité et cette richesse qui sont incontestablement un atout majeur, sont en train de devenir, par la faute de nombreux apprentis-sorciers, un handicap plutôt qu’une chance.

 

Ces apprentis-sorciers doivent être identifiés et bannis de notre famille. Convoquons un DEBAT NATIONAL, parlons un langage clair, célébrons notre diversité comme une grande richesse, retrouvons la civilisation arabo-musulmane qui est en train d’être bradée ou défigurée, célébrons nos héros qui ont traversé le temps, retrouvons notre patriotisme qui a forcé l’admiration du monde et veillons à ne pas céder aux sirènes dont le seul intérêt est de nous diviser pour mieux nous asservir.

 

Voilà le cri du cœur que nous lançons à Algérie-Focus dans l’espoir d’être entendus et compris de tous.

 

Article précédentSorties/ Un restaurant algérois propose une fête spéciale à l’occasion de la Saint-Valentin
Article suivantSports/ Vers l’invalidation des AG de certaines fédérations