Le Maroc aurait rattaché à son royaume un territoire algérien situé pas loin de Jbel Ousfour, à une quinzaine de kilomètres à l’est de la ville frontalière d’Oujda.

Selon le quotidien marocain Al Akhbar, cité par le site www.yabiladi.com, l’annexion de ce territoire algérien par le royaume chérifien se serait déroulée à la veille de l’Aid El Adha dernier, en présence du ministre marocain de l’Intérieur, Mohamed Hassad, et du chef de la Gendarmerie royale, le général Hosni Benslimane. « Des représentants de l’État algérien », souligne-t-on encore, auraient également assisté à cette opération qui aurait eu lieu « sous la supervision de militaires français ».

Le journal marocain parle  de « récupération » de terres, dont la superficie n’a pas été précisée, que l’Algérie « contrôlait depuis les années soixante ».

« La population concernée par cet accord, s’était fait entendre lors de manifestations contre la construction du nouveau mur électronique que le royaume est en train d’installer sur ses frontières Est avec l’Algérie. Cette mobilisation avait d’ailleurs causé l’arrêt momentané des travaux. Après des négociations, Rabat a décidé de dévier le tracé du mur », ajoute-t-on de même source.

Le média électronique marocain a également parlé de l’ « occupation » par l’Algérie, depuis 1976, d’une oasis à Figuig, d’une superficie d’environ 50 km², sans pour autant susciter l’intérêt du pouvoir politique. Le royaume chérifien revendiquerait aussi la réappropriation du Sahara oriental, un territoire « intégré par la France à l’Algérie entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle », ajoute le site internet marocain.

« Le territoire en question, situé à « Ksar Kiche », à environ 30 km de Figuig, a connu son heure de gloire durant la guerre de libération en Algérie. Il était l’un des points de passage de livraison d’armes aux combattants du Front de libération nationale (FLN) avant qu’il ne tombe définitivement sous le contrôle d’Alger en 1976. Alors que le Maroc était occupé par le Sahara occidental et les négociations avec l’Espagne et la Mauritanie sur le partage de la province, des militaires algériens avaient investi l’oasis et chassé les familles marocaines », précise-t-on de même source.

Cette supposée opération d’annexion de territoires algériens par le royaume chérifien a-t-elle réellement eu lieu ou s’agit-t-il d’une propagande lancée par les relais médiatiques de Sa Majesté ? Impossible de confirmer ou d’infirmer cette affaire présumée qui porterait atteinte à l’intégrité territoriale de l’Algérie, car nos tentatives de joindre le chargé de la communication du ministère des Affaires étrangères se sont avérées vaines. Son téléphone sonnait dans le vide. Ce qui est sûr, c’est que, dans les deux cas de figures, cela ne fera qu’attiser la tension entre les deux voisins maghrébins, dont les relations sont déjà crispées.

Yacine Omar