Parler et s’exprimer sur la religion sur les réseaux sociaux est un risque qui peut conduire tout droit en prison. C’est du moins ce qui est arrivé à trois facebookeurs originaires de M’sila. Rachid Fodil et deux de ses amis administraient un groupe Facebook, appelé  « L’Islam avec avec la langue algérienne », qui débat du Coran en dialectal algérien. 

Leur liberté de ton et leur esprit corrosif a fortement déplu aux autorités religieuses. Selon des sources concordantes, une grande campagne a été menée par des cercles religieux pour inciter les services de sécurité à enquêter sur les initiateurs de ce groupe Facebook jugé « attentatoire » et « offensant » à l’égard de la Religion.

Les gendarmes sont passés à l’action et Fodil ainsi que deux de ses compagnons se retrouvent en état d’arrestation. Selon notre confrère Youcef Rezzoug, le jeune Fodil a été interpellé « dans la nuit de jeudi à vendredi par les éléments de la brigade de la gendarmerie de la localité de Briga, dans la wilaya de M’sila, dans le magasin où il travaillait ». Cette arrestation a été ordonnée par le procureur de la République et les gendarmes ont été instruits également de  procéder à la confiscation de l’ordinateur portable et du téléphone personnel de l’internaute. Rachid Fodil aurait été maltraité et violenté par les gendarmes, selon les témoignages de ses proches.

Maintenu en détention préventive, le jeune internaute risque de subir un procès digne de l’inquisition, surtout si l’on sait que son initiative a soulevé l’indignation du secrétaire général de la Coordination nationale des imams et des fonctionnaires, Djelloul Hadjimi, ainsi que des membres de l’association des Oulémas Musulmans, lesquels ont estimé que cette Page Facebook violait le « caractère sacré » du Coran et de l’image du Prophète (QSSSL).

 

Article précédentReconversion/ Amar Ghoul nommé sénateur
Article suivantArrestation de Facebookers pour leurs opinions sur la Religion/La Gendarmerie assume et s’explique