Rachid Nekkaz loue un appartement à Alger pour une famille SDF

0
Advertisement

Encore un nouveau coup d’éclat de Rachid Nekkaz. Conscient que pour réussir à se frayer une place sur la scène politique algérienne, il doit d’abord se rapprocher des citoyens, le malchanceux ex-candidat à la candidature pour l’élection présidentielle 2014 ne cesse de faire preuve d’humanité, de compassion et de générosité. Le voilà en effet qu’il vient en aide à une famille défavorisée, vivant dans la rue depuis quatre mois et ayant à sa charge trois enfants.

Lors de son deuxième passage sur le plateau de l’émission de société Ahki Hyatek, sur la chaîne de télévision privée Echourouk TV, hier, le riche homme d’affaires s’est déplacé pour rendre visite à la famille de Wahid, un père de famille désespéré qui s’est retrouvé à la rue en compagnie de son épouse et de ses enfants, après la destruction de leur bidonville. La visite de Rachid Nekkaz intervient juste après son retour des États-Unis où il s’est rendu récemment pour réclamer la remise de Chakib Khalil à la justice algérienne.

 «Je ne tente pas d’acheter la voix des algériens»

Constatant les conditions précaires dans lesquelles évolue la famille de Wahid, ce jeune homme qui a épousé une femme veuve ayant à sa charge des enfants pour lui assurer protection et sécurité, l’homme politique n’a pas hésité à faire preuve d’humanité en venant en aide à cette famille oubliée des autorités algériennes. L’homme qui a promis de faire de la politique autrement et puiser dans sa fortune personnelle pour aider les infortunés a, dans un geste de générosité, loué une maison pour héberger la famille SDF. Ce geste-là, Rachid refuse que ses «adversaires» puissent le considérer comme un procédé malsain visant à élargir sa notoriété. «Si je peux aider mes compatriotes qui vivent dans le besoin, c’est uniquement par humanité. Je ne désire acheter personne avec mon argent et encore moins, corrompre mon peuple », a-t-il déclaré. Pour Rachid Nekkaz «le problème des Algériens, notamment ceux vivant dans des conditions précaires, dans cette Algérie de 2015, est que l’État ne les reconnaît pas et ne prête pas une oreille attentive à leurs revendications ». «Ils sont des milliers comme Wahid et le gouvernement algérien doit trouver des solutions concrètes à leurs problèmes. Il faut garantir à la jeunesse un travail stable et résoudre la crise du logement pour ne plus  voir les gens s’enfoncer davantage dans le désespoir occasionné par la misère sociale », a-t-il conclu.

Nourhane. S.

 

 

Article précédentLa nouvelle carte nationale d’identité biométrique disponible fin mars
Article suivantPlus d’un million d’Algériens touche un salaire inférieur à 15 mille DA