Le nombre actuel d’accélérateur de radiothérapie est de 14,d’où les délais très longs pour l’obtention d’un rendez-vous. Un nombre qui atteindra les 58 d’ici la fin de l’année 2017, indique le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

«Le nombre actuel d’accélérateur de radiothérapie, qui est de 14, augmentera avec la mise en service de nouveaux accélérateurs et la réception progressive de nouveaux centres anti-cancer (CAC) sur l’ensemble du territoire national», indique le Ministère. Ainsi, promet la tutelle, ces CAC seront installés, entre 2016 et 2017 dans les wilayas de Bechar, Adrar, El Oued, Chlef, Tiaret et Médéa, alors qu’un «institut du cancer sera livré à Oran». Par ailleurs, cinq Centre anti cancer, seront livrés durant l’année en cours respectivement à Draâ Ben Khadda, Tlemcen, Sidi Bel Abbès, Annaba et Laghouat.

Le Ministère reconnaît que les délais d’attente en radiothérapie ont été longs, même si des efforts ont été consentis durant l’année dernière. Si dans certaines villes, comme Oran, Sétif et Batna, il était de 15 jours, à Alger et Blida, le délai a atteint les 6 mois. Ce qui peut être fatal pour une personne atteinte de cancer. La tutelle promet que ce délai sera inférieur à 30 jours à travers tout le territoire national. «Ce délai sera encore amélioré avec la mise en oeuvre du Plan Cancer qui prévoit des approches alternatives en matière de soins palliatifs qui vont  libérer plus de places en radiothérapie», ajoute-t-on de même source.

 Elyas Nour  

Article précédentFrance : un écolier de 6 ans, musulman, traité comme un terroriste
Article suivantLorsque Benaïssa cédait une maison de chasse à un privé