La hausse des températures sur l’ensemble du territoire national, depuis dimanche dernier, persistera jusqu’à vendredi prochain, selon les prévisions de Météo Algérie. Le thermomètre continuera ainsi d’afficher des températures oscillant entre 32°C à 38°C, atteignant des pics de 44°c dans certaines régions du sud du pays. 

Intervenant hier sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, Houaria Bekacta, prévisionniste à Météo Algérie, a expliqué cette montée du mercure par une présence d’une masse d’air chaud qui persiste sur tout le bassin méditerranéen, notamment dans le Maghreb. « Cette persistance est due à un blocage de centre d’action (dans le lexique météorologique, centre d’action signifie ‘dépression ou anticyclone, de grande étendue et quasi-stationnaire, qui détermine le mouvement des perturbations atmosphériques sur une grande région’, NDLR) », a-t-elle indiqué.

La spécialiste réfute toutefois l’existence d’une situation de canicule, dont le qualificatif est utilisé à tort et à travers. « Actuellement sur les région du Nord, c’est seulement une hausse des températures maximales. Ce n’est pas une situation caniculaire. Quand on parle de canicule sur le Nord, il faut que la température dépasse les 40° au moins pendant deux journées successives », argumente-t-elle, en soulignant que ce seuil caniculaire minimal est de 44° et 48° pour les régions de l’Intérieur et du Sud respectivement.

Selon les prévisions de Météo Algérie, les températures commenceront toutefois à baisser à partir de vendredi prochain, notamment dans le nord du pays.  « A partir de vendredi, Météo Algérie prévoit un déplacement de ce centre d’action, donc un léger répit des températures sur les régions du nord », a expliqué Mme Bekacta.

Recommandations préventives

Dans ce contexte de hausse des températures, Dr Naïma Hadji, médecin, recommande aux personnes vulnérables de « ne pas jeûner ». Car, selon elle, dans pareils cas, les dangers sur la santé sont triple: « Ces personnes sont déjà vulnérables à l’origine, en plus en période de forte chaleur et à fortiori en période de jeûne ». « On ne se met pas en danger plus qu’on ne l’est déjà », conseille le docteur.

Quant aux personnes en bonne santé et qui observent le jeûne, le médecin leur rappelle les précautions de base, à savoir se réhydrater et se rafraîchir régulièrement sans toutefois oublier de se mettre à l’abri du soleil. « Il faut savoir comment se réhydrater après l’adhane. Il faut boire exclusivement de l’eau par petites gorgées, et à longueur de la soirée », recommande-t-elle. Et le médecin d’expliquer: « Parce qu’on a l’impression qu’en buvant de l’eau sucré, on va se faire du bien. Ce qui est faux. Le sucre provoque un phénomène d’osmose (d’où une nouvelle sensation de soif, NDLR). Mais, nuance-t-elle, je n’ai rien contre un verre de limonade ou autre boisson sucrée, sauf que c’est l’eau qui réhydrate et rien d’autre. »