AirAlgerie Sur un panel de quinze Algériens interrogés sur les nouvelles dispositions prises par le ministère de la Solidarité nationale, relatives à des réductions sur les titres de voyage à destination de l’Algérie, six n’en ont jamais entendu parler. Cinq se disent ignorés par les institutions algériennes à l’étranger. Quatre ont essayé de faire valoir les décisions du ministère auprès de la succursale Air Algérie à Montréal.

Sans résultat. Nasro a contacté cette même succursale mais personne n’a pu lui donner d’informations précises concernant les réductions sur les prix des billets d’avion à destination de l’Algérie. Ammar, lui a été plus chanceux en ayant une réponse aussi négative soit-elle: «la mesure ne concerne pas les Algériens vivant en Amérique du nord». Kaddour a reçu la même réponse. Il a donc transité par Paris pour bénéficier du rabais sur le tronçon Paris-Alger et retour. Peine perdue. La réponse a été claire, nette et précise: «votre passeport est établi à Montréal, donc vous ne pouvez pas bénéficier de la mesure».

La seule solution est de prendre un billet Montréal-Alger-Montréal à plein tarif, ce qui semble une plaisanterie plutôt discriminatoire de la part du ministère à l’origine de l’initiative censée concernée «la communauté algérienne installée à l’étranger», selon les propres termes du communiqué largement amplifié en Algérie et que «rares sont les représentations diplomatiques et consulaires ont reçu». En effet, et selon un agent consulaire qui a requis l’anonymat, l’information officielle n’est parvenue ni à Ottawa ni à Montréal et probablement nulle part ailleurs en Amérique du nord. «Donc, la mesure ne concerne pas les Algériens du continent». Pour plus d’informations, la succursale d’Air Algérie ne donne aucune suite directe par téléphone. Il faut passer par «la messagerie vous invitant à laisser les coordonnées pour que l’on puisse vous rappeler».

Après maintes et maintes tentatives, un déplacement s’imposait. L’agence Air Algérie que je découvrais pour la première fois est «un vrai bijou». Très bien achalandée. Jolis comptoirs, beaux sofas pour l’attente. Mais un seul agent sur les trois postes prévus. Il est 11h ce mardi 11 août 2009. L’unique fonctionnaire est occupé avec un client. On rit aux éclats et on peut également suivre de loin toute la conversation. Les minutes passent et repassent. Et ça discute de tout et de rien… De l’été qui tarde à arriver à Montréal. De la pluie qui ne cesse de tomber sur la ville, etc. Au bout de quarante minutes, l’agent se libère et je lui demande d’emblée un billet Montréal-Alger-Montréal sur la base de la mesure lancée par le ministère de la Solidarité et de la Communauté algérienne à l’étranger. Il semblait tomber des nues. Mais se rattrape pour souligner que «la mesure ne concerne que les Algériens de France». À travers les déclarations des uns et des autres, la réduction ne touche donc pas la Communauté algérienne à l’étranger, mais juste le nord de la Méditerranée. Un communiqué plus précis soulignant que seuls les Algériens en France constituent la communauté aurait certainement évité les attentes des uns et les espoirs des autres. Surtout quand on sait que le prix du billet régulier entre Montréal et Alger tourne autour de 1.300 dollars, sinon plus, dépendamment de la saison.

A.D.
Avec Le Financier

Article précédentLe début du Ramadhan devrait avoir lieu le samedi 22 août
Article suivantOran. 200 tonnes de pomme de terre expédiées vers les chambres froides