Le refus de visa dont ont été victime le journaliste du quotidien français Le Monde et des collègues de l’émission satirique le « Petit Journal » de Canal+ a donné naissance à une véritable tension politique entre la France et l’Algérie. Preuve en est, Manuel Valls a été contraint de téléphoner à Sellal pour protester contre cette décision qualifiée par les médias français d’arbitraire et d’une « violation de la liberté de la presse ».

« Informé dès mercredi des intentions d’Alger, le Premier ministre français a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour tenter d’obtenir la levée de la sanction », a révélé à ce sujet BFM TV qui cite comme source « l’entourage du chef du gouvernement » français. « Il a plaidé (pour) que l’ensemble de la délégation de presse qui accompagne le Premier ministre puisse bénéficier de l’autorisation de rentrer » en Algérie, explique la même source.

Tout en reconnaissant qu’il s’agit d’une décision de souveraineté » d’Alger, « Manuel Valls a souligné que celle-ci pourrait avoir des effets contre-productifs », relate la même source. On ignore encore pour le moment ce que Sellal a confié à Manuel Valls au téléphone. Mais, rien n’a été fait en tout cas pour revoir le refus de visa décidé par l’Ambassade d’Algérie en France.

Article précédent« Au nom de la liberté de la presse »/TFI et France 2 boycottent aussi l’Algérie
Article suivantRéouverture des bureaux de change/Va-t-on vers la fin de la vente sauvage de devises ?