Les voyageurs d’Air Algérie sont victimes, ces derniers jours, de nombreux retards, de la cherté des billets et du laxisme des responsables de la compagnie aérienne nationale. Le Collectif contre la cherté du transport vers l’Algérie (CCTA) s’attaque une nouvelle fois à la compagnie et dénonce une situation pesante pour les passagers.

« Jusqu’à quand allons-nous subir cette misère ? » C’est la question que se pose le Collectif contre la cherté du transport vers l’Algérie, qui épingle Air Algérie et dénonce la situation catastrophique dans laquelle se trouvent de nombreux voyageurs, notamment ceux en provenance de la France.

« Chaque jour des annulations et des retards de 2 heures, 3 heures, 4 heures, 5 heures, 6 heures, 7 heures, 8 heures, 9 heures, 12 heures. Vous savez que vous avez dépassé toutes les limites ? En plus, vous ne donnez aucune explication, ni considération à vos clients ? », peut-on lire dans le communiqué. Le CCTA exprime le ras-le-bol des voyageurs algériens, qui subissent le manque de professionnalisme d’Air Algérie.

« Le 14 juin 2014, le responsable de l’agence Air Algérie à Paris-Opéra, Abdelkader Belselka, a refusé de sortir parler aux manifestants algériens venus demander des explications sur des réductions », rapportent les membres du Collectif, qui dénoncent le mépris de la compagnie nationale envers ses passagers.

S’adressant aux responsables d’Air Algérie, le collectif réclame plus de professionnalisme et de rigueur, deux principes indispensables dans un travail aussi sensible que celui effectué par les compagnies aériennes. « Si vous n’êtes pas en mesure d’assurer cette activité qui nécessite beaucoup de rigueur et de professionnalisme, changez de métier et levez le blocus imposé au marché algérien du transport aérien », lit-on dans le communiqué.

Les membres du CCCTA mettent également l’accent sur la politique du « deux poids deux mesures » dans le traitement discriminatoire entre les voyageurs européens et ceux en provenance du « tiers-monde ».

Le Collectif réclame qu’Air Algérie réduise le prix de ses billets, actuellement excessif, et accorde à ses client un minimum de respect et de considération. « Ce que nous demandons, c’est de payer le juste prix du billet et un peu de respect », précise-t-il.

Pour le CCCA, il est temps qu’Air Algérie prenne conscience de ses défauts et change sa politique et sa stratégie de communication, pour être plus proche de ses clients et de leurs préoccupations.

Article précédentDu bikini au tremblement de terre : le délire des fanatiques religieux algériens
Article suivantLes enfants de Gaza au coeur de la couverture médiatique de l’offensive israélienne