Les négociations entre la télévision algérienne et beIN Sport, au sujet de la vente des droits de retransmission de la CAN 2017, n’ont pas encore abouti, à quelques jours seulement du début de la compétition, prévu pour samedi prochain au Gabon.

Selon des indiscrétions, le groupe qatari aurait exigé pas moins de 20 millions de dollars pour dix matchs, soit deux millions de dollars par match. Un prix que ne peut assumer l’EPTV qui attend une décision du Premier ministre, Abdelmalek Sellal auquel le problème a été soumis.

Le problème entre l’EPTV et beIN Sports refait surface à la veille de chaque rendez-vous continental ou mondial. Monopolisant les droits télés de différentes compétitions, beIN Sports exerce un véritable chantage sur les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient. De plus, beIN sports ne veut même pas vendre les droits des matchs séparément. Ce qui est proposé est un pack de dix matchs (les trois matchs du premier tour, les quatre des quarts de final, deux des demi-finales et la finale). C’est à prendre ou à laisser.

Rappelons qu’en 2013, la télévision nationale avait piraté le match Burkina Faso-Algérie, entrant dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2014. Une crise a éclaté entre la direction de l’EPTV et celle de beIN Sports. Cette dernière n’a renoncé à sa plainte qu’après que l’Algérie ait accepté d’autoriser une représentation du groupe sportif qatari en Algérie.

Elyas Nour

Article précédentAlgérie-UE/ L’accord d’association bientôt révisé
Article suivantVidéo. Sécurité routière / Vers l’installation de chronotachygraphe sur les bus et les camions