Revue de presse. Abdelmalek Sellal aurait dû partir avec tous ses ministres

    0
    Gouvernement Sellal 2
    Advertisement

    Lu sur El Watan

    Selon la Loi fondamentale du pays, la démission ou le renvoi du Premier ministre implique nécessairement le départ de son gouvernement.

    La désignation de Youcef Yousfi est anticonstitutionnelle. Le maintien du gouvernement actuel est tout aussi contraire à la loi fondamentale de l’Algérie, et tout le contenu du communiqué émanant jeudi dernier de la Présidence est en porte-à-faux avec les lois de la République dans le fond et dans la forme, constatent des constitutionnalistes et des défenseurs des droits de l’homme. Jeudi. Au moment où le Conseil constitutionnel annonçait la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 17 avril, la Présidence se fendait d’un communiqué annonçant la désignation de Youcef Yousfi au poste intérimaire de Premier ministre, à la place de Abdelmalek Sellal «appelé à diriger la campagne électorale du candidat Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle du 17 avril 2014, a indiqué hier un communiqué de la présidence de la République», lit-on dans le communiqué repris par l’agence officielle APS.

    Première remarque : contrairement à la règle, le communiqué qui annonce des décisions importantes ne s’encombre pas de citer les dispositions juridiques qui adoubent les décisions annoncées. Les juristes savent qu’on ne peut justifier une telle omission. Mais «le petit oubli» n’est pas involontaire. Ce qui suit dans le texte lapidaire d’El Mouradia n’a en effet aucune base juridique. Il est même contraire à la loi. Le communiqué indique clairement le motif du départ de Sellal. Or, le nouveau travail assigné au désormais ex-Premier ministre n’est pas une fonction de l’Etat, encore moins un poste officiel dans une institution de l’Etat. Il s’agit bien d’une activité politique partisane (sur le plan juridique), sur laquelle ne peut communiquer la Présidence. Conflit d’intérêts ? Oui, le Président signe en effet une décision qui le concerne aussi en tant que candidat. Plus grave. Le communiqué est bavard là où il doit se taire (pourquoi il est parti) et passe sous silence ce qu’il doit indiquer (comment il est parti). Or, la forme du départ doit impérativement figurer dans la décision.

    Si Abdelmalek Sellal a démissionné de son plein gré, c’est son droit tel que stipulé dans l’article 86 de la Constitution : «Le Premier ministre peut présenter au président de la République la démission de son gouvernement.» Dans le cas où il a été démis de ses fonctions par Abdelaziz Bouteflika, il s’agit aussi d’une prérogative reconnue au président de la République par l’article 77, alinéa 5. «Outre les pouvoirs que lui confèrent expressément d’autres dispositions de la Constitution, le président de la République jouit des pouvoirs et des prérogatives suivantes (…) alinéa 5 : il nomme le Premier ministre et met fin à ses fonctions.» Or, dans les deux cas, le gouvernement doit partir automatiquement, et un gouvernement provisoire est formé pour gérer la situation, indique Boudjemaâ Ghechir, juriste et défenseur des droits de l’homme. Ce sont là les conséquences juridiques et politiques de telles décisions, souligne un constitutionnaliste sous le sceau de l’anonymat : la démission ou le renvoi du Premier ministre implique nécessairement le départ de son gouvernement, tout le gouvernement sans exception, y compris le ministre de l’Energie et des Mines et celui délégué à la Défense nationale.

    Lire la suite sur El Watan

    Article précédentRevue de presse. Ghardaïa : Le pouvoir court derrière la crise dans la vallée M’Zab
    Article suivantVidéo- Pour riposter aux attaques, les partisans du 4e mandat lancent une biographie élogieuse d’Abdelaziz Bouteflika