Lu sur L’Equipe

Battue lors du barrage aller au Burkina-Faso (2-3), l’Algérie pourra s’appuyer sur Ishak Belfodil, l’attaquant de l’Inter, de retour pour un match (ce mardi à 19h15 à Blida) que tout un pays attend avec ferveur.

« Ishak Belfodil, sentez-vous la pression monter à l’approche d’une rencontre très attendue par tout un pays ?

Je pense que la tension va monter petit à petit, quand l’engouement populaire va monter en puissance à l’approche du match et qu’on va en prendre conscience. Mais cette atmosphère ne nous perturbera pas. On est focalisé sur notre objectif collectif qui est la qualification pour la Coupe du monde au Brésil et on n’en déviera pas. La motivation, elle sera justement décuplée par toute cette ferveur !

«Il y a eu ce troisième burkinabés inscrit sur un penalty très litigieux qui procure un drôle de sentiment et quelques doutes…»


Comment avez-vous vécu, à distance, le résultat du match aller ?


Sincèrement, je l’ai vécu comme un bon résultat. Avoir marqué ces deux buts à l’extérieur, c’est quelque chose de très positif. Alors, bien sûr, il y a eu ce troisième burkinabé inscrit sur un penalty très litigieux qui procure un drôle de sentiment et quelques doutes… Mais comme tout le monde l’a déjà dit, on est qu’à la mi-temps de cette double confrontation. Il nous reste la seconde période pour inverser la situation en notre faveur avec le soutien de notre public !


Votre absence de la liste des convoqués lors du match aller avait beaucoup fait parler. Comment avez-vous vécu ce débat ?


D’un côté, cela m’a fait plaisir car cela signifiait que certains auraient souhaité ma présence lors de cette rencontre à Ouagadougou afin que je puisse apporter mon aide à ma sélection. Mais d’un autre côté, j’ai également trouvé ce débat un peu exagéré. On en a trop parlé. Pour ma part, j’aurais vraiment préféré que tout cela fasse moins de bruit afin que cela ne puisse pas nuire, de quelque façon que ça soit, à la concentration de l’équipe. Mais aussi par respect pour ceux qui étaient convoqués. Si un joueur a été sélectionné, c’est qu’il l’a mérité. En tout cas, plus que celui qui ne l’est pas. »

Article précédentRevue de presse. Rabah Saâdane : « L’Algérie de 2013 est plus forte individuellement, mais elle manque de leaders »
Article suivantRevue de presse. L’APW de Tizi Ouzou se prononce pour l’officialisation de tamazight