Le «Pôle des forces du changement», une coalition constituée par l’ensemble des partis et personnalités qui ont soutenu la candidature de Ali Benflis aux dernières élections présidentielles a tenu, hier mardi, une réunion «de coordination» et qui sera sanctionnée par un communiqué au vitriol contre le pouvoir.

Kamel Amarni – Alger (Le Soir)
Signé par l’ancien chef de gouvernement, Ali Benflis en sa qualité de coordinateur dudit pôle, ce communiqué note d’emblée que l’on a «relevé avec un sentiment de profond regret la poursuite des politiques de rétrécissement continu du champ des libertés et de ce qui s’assimile à une véritable guerre d’usure que le pouvoir en place livre à l’opposition nationale, à l’effet de la mettre dans l’incapacité de s’acquitter des missions qu’elle assume (…)». A juste titre, d’ailleurs. Ali Benflis, la bête noire de Abdelaziz Bouteflika, et donc de l’ensemble du pouvoir algérien, est tellement redouté que même son dossier pour la création d’un parti politique au lendemain des présidentielles du 17 avril, est tout bonnement «oublié» par le ministère de l’Intérieur.

Lire la suite sur LeSoirdAlgérie.