De nouvelles mesures «révolutionnaires» pouvant permettre d’améliorer le climat des affaires en Algérie seront annoncées prochainement, a affirmé hier, à Alger le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb. Il n’a pas exclu une éventuelle modification de la règle des 51/49% sur l’investissement étranger en Algérie.

«Des mesures révolutionnaires seront annoncées dans le programme du gouvernement pour prendre en charge les préoccupations des entreprises algériennes et les recommandations des différentes réunions tripartites (gouvernement -Ugta -patronat)», a-t-il déclaré lors de la 3ème session du Comité national de suivi des engagements du Pacte national économique et social de croissance. Ces mesures, a-t-il poursuivi, visent à accélérer la mise en oeuvre de l’engagement du gouvernement à lever toutes les contraintes qui entravent l’investissement, notamment en matière de législation et d’accès au foncier.

Selon le ministre, ces mesures toucheront également l’organisation du secteur économique public et la gestion des participations de l’Etat ainsi que le processus d’élaboration des lois qui doit impliquer les différentes parties concernées à travers «la concertation avec les entreprises publiques et privées et même étrangères». «Il ne s’agit pas seulement d’une volonté du gouvernement mais d’une nécessité extrême», a-t-il fait remarquer.

M. Bouchouareb a affirmé que la règle des 51/49% sur l’investissement étranger en Algérie, «sera maintenue» sans exclure une éventuelle modification «pragmatique». «La règle des 51/49% nous a permis de maîtriser sensiblement la sortie de capitaux en devises. Si nous devons la démanteler, nous devrions organiser notre économie et toute la législation qui la régit pour que les bénéfices de sa suppression soient totalement en notre faveur» a-t-il souligné.

Lire la suite sur L’Expression

Article précédentRevue de presse. Pour la Présidente du Sénat Russe «l’Algérie demeure un havre de paix et de sécurité dans la région»
Article suivantRevue de presse. Paludisme, fièvre jaune… Les dangers qui guettent les supporters au Brésil