Lu sur L’Expression

Apres deux ans de négociations, le Qatar a signé, hier, le protocole du lancement des travaux de réalisation du projet du complexe sidérurgique de la zone industrielle de Bellara, dans la wilaya de Jijel, apprend-on de source proche du dossier. La cérémonie organisée au siège de la wilaya de Jijel a vu la présence d’une importante délégation qatarie, chapeautée par des responsables du groupe Co-entreprise Qatar Steel et Qatar Minning et des représentants de l’entreprise publique algérienne Sider, a ajouté la même source. La signature de ce protocole devra permettre le lancement des travaux dans les prochains jours. Censé procurer 10.000 postes d’emploi, entre directs et indirects, pour la population jijelienne.

Cet investissement titanesque dont l’enveloppe financière est estimée pour un premier temps à 2 milliards de dollars devra entrer en activité d’ici la fin 2016, avec une capacité de production prévisionnelle de 2 millions de tonnes d’acier par an, pour 2017, afin de culminer ensuite à 5 millions de tonnes/an. Il est à rappeler qu’à terme, cette production nationale réduira les importations d’acier qui s’élèvent à 10 milliards de dollars par an. Précisons que le projet qatari avait été préféré à celui du premier groupe privé algérien, Cevital. Ainsi, et malgré les rumeurs autour d’un retrait du Qatar dans le projet du complexe sidérurgique dans la zone industrielle de Bellara, la réalisation de cet investissement sidérurgique aura bien lieu sur le sol de la wilaya de Jijel. La signature de ce protocole intervient après la signature officielle et définitive, le 19 décembre 2013, du contrat de partenariat par le ministre algérien de l’Industrie, Amara Benyounès, avec le Qatar. Par ailleurs, et dans une indiscrétion qui ronge les travailleurs de l’entreprise Arcelor Mittal/ El Hadjar, depuis l’annonce du processus de partenariat entre l’Algérie et le Qatar dans le secteur de la sidérurgie, la tourmente a régné en maîtresse des esprits. En effet, ils se demandent si le lancement de cet investissement d’envergure et les perspectives d’une production qui couvrira non seulement le marché national, mais surtout sera destinée à l’exportation sur le marché international…

Lire la suite sur L’Expression

Article précédentRevue de presse. Algérie: qui sont les candidats potentiels à la présidentielle 2014 ?
Article suivantAlgérie : depuis 2003 les prix des logements à la vente ont augmenté de 500 % !