A quelques heures du coup d’envoi de la Coupe du monde, la rédaction parie sur cinq jeunes joueurs prometteurs à suivre de près pendant la compétition.

1) Juan Guillermo Cuadrado, à tire d’ailes

En Italie, on l’appelle «la Vespa», tant l’ailier de la Fiorentina file vite au but. Meurtris par l’absence de Falcao, les supporters colombiens attendent donc le même rendement  de Juan Guillermo Cuadrado, auteur d’une si belle saison en Serie A qu’elle lui vaut des appels de pieds de toute l’Europe (Barcelone, Arsenal notamment). Jose Pekerman a fait du joueur repéré par l’Udinese un des hommes-clé de son dispositif offensif, pendant de James Rodriguez sur le flanc droit. Ce n’est pas pour rien si la Colombie participe à une Coupe du monde pour la première fois depuis 1998.
2) Ciro Immobile, la cote au pays
C’est la grande question en Italie : Cesare Prandelli va-t-il céder à la pression ambiante et aligner Ciro Immobile en pointe, lui qui préfère Mario Balotelli et répugne au 4-4-2 ? Avec 22 buts inscrits pour le Torino cette saison, le jeune attaquant de 24 ans, transféré au Borussia Dortmund, a été comparé par son sélectionneur à Salvatore Schillaci, qui était sorti de nulle part pour inscrire six buts lors de la Coupe du monde 1990. «Les conditions sont là pour qu’Immobile soit l’atout numéro 1 de Prandelli à la Coupe du monde, a récemment déclaré Schillaci. Il a beaucoup joué et marqué cette saison, il est en forme, il a le même enthousiasme que j’avais à l’époque. Il va vite, il sent le but et il n’est pas dans la lumière.»

3) Ross Barkley, le premier de la classe

Eclatant cette saison avec Everton, et séduisant lors des trois derniers matches de préparation, Ross Barkley espère bien poursuivre sur cette trajectoire au Brésil. Surtout que le jeune milieu de terrain anglais, âgé de 20 ans, a l’expérience des grands rendez-vous puisqu’il disputait, l’été dernier, la Coupe du monde des moins de 20 ans en Turquie. Egalement couronné avec les U 17 des Three Lions en 2010, Barkley, qui compte désormais six sélections chez les A, ne veut pas se prendre la tête sur le temps de jeu qu’il obtiendra au Mondial : «C’est juste du football, pas une question de vie ou de mort».
4) William Carvalho, la force tranquille
On l’annonce comme un des premiers transferts souhaités par Van Gaal à son arrivée à Manchester United. C’est dire si William Carvalho, le milieu de terrain récupérateur du Sporting Lisbonne, peut peser lourd dans le collectif portugais à la Coupe du monde. La pépite d’origine angolaise, au physique imposant et à la maturité étonnante pour ses 22 ans, dispose déjà de l’entière confiance de son sélectionneur Paulo Bento : «Il a fait une saison incroyable au Sporting, et il a démontré une personnalité très forte. Nous sommes très contents de son rendement et comptons beaucoup sur lui.»

5) Nabil Bentaleb, la bonne étoile

Au début de la saison, il pensait qu’il regarderait la Coupe du monde à la télévision, a -t-il confié récemment. Au final, Nabil Bentaleb postule pour en être l’une des révélations attendues, mais pas sous le maillot français. En février 2014, le milieu offensif de Tottenham, né à Lille, a en effet choisi les Fennecs, et Vahid Halilhodzic devrait lui donner autant de temps de jeu que Tim Sherwood chez les Spurs. Dernier bon point : pour sa troisième sélection face à la Roumanie en amical le 4 juin dernier, le jeune joueur, âgé de 19 ans, a trouvé pour la première fois le chemin du but. De quoi se mettre en confiance avant le grand bain brésilien.
Vu sur L’Équipe.fr
Article précédentRevue de presse. Vidéo : Pourquoi le Brésil est LE pays du foot.
Article suivantRevue de presse. Les trois principales menaces pour le Mondial au Brésil