Pour la secrétaire générale du PT, le jour où le Parti des travailleurs arrachera la majorité, il assumera ses responsabilités gouvernementales.

Le Parti des travailleurs a décliné l’invitation de faire parti de la prochaine équipe gouvernementale. «M.Sellal m’a contactée après les résultats de l’élection présidentielle. Il m’a demandé de faire parti de la prochaine équipe gouvernementale, mais le Parti des travailleurs n’est pas concerné par le gouvernement», a déclaré, hier, la présidente du PT, lors de la clôture des travaux du comité central de son parti à Alger. Après le FFS, le parti de Louisa Hanoune, rejette l’offre de Sellal. «J’ai discuté avec le président Bouteflika, sur ce sujet et il connait très bien notre position», a-t-elle ajouté. Dans ce contexte, elle a rappelé que «depuis l’an 2000, il nous a, à chaque fois proposé des portefeuilles ministériels et à chaque fois, j’ai rappelé la position de notre parti». Pour la secrétaire générale du PT, le jour où «le Parti des travailleurs, à l’issue des élections libres et démocratiques et transparentes arrachera la majorité ou la première place comme force politique, il assumera ses responsabilités gouvernementales». Elle a justifié son refus de faire parti du cercle du nouveau gouvernement par «le manque de cohérence» entre les membres de la prochaine équipe gouvernementale. Surtout que ce dernier n’est pas issu de la majorité à l’Assemblée populaire nationale. Cette incohérence, explique-t-elle, «fait parti des obstacles et problèmes qui empêchent à chaque fois la réalisation des objectifs fixés par le gouvernement». Ceci-dit, la conférencière a souligné que son parti n’est pas pour autant indifférent à cette question de faire parti du gouvernement. Seulement, la priorité pour le PT celle de «l’organisation d’une élection anticipée», a-t-elle ajouté. «Ce n’est pas pour des besoins du parti comme le prétend M. Saâdani, mais tout simplement pour doter le peuple algérien d’une véritable représentation politique et pour commencer à construire l’édifice démocratique», a expliqué Mme Hanoune. Elle a, en outre, fait savoir qu’elle a demandé au président Bouteflika «de prendre des décisions audacieuses et courageuses pour répondre aux attentes des Algériens et Algériennes parce que la situation l’exige».

Lire la suite sur L’Expression

Article précédentRevue de presse. Lamiri prône la mise à niveau des cerveaux algériens
Article suivantRevue de presse. L’impact de la crise libyenne sur l’Algérie