El Djazaïr retrouve sa baie. Les Algérois sont heureux. Grâce aux aménagements faits au niveau de la Sablette et Ardis, ils font enfin face à la mer, après lui avoir tourné le dos pendant longtemps…

Quinzième jour du Ramadhan. Une heure avant la rupture du jeûne. Alors que les routes et ruelles du pays sont vides, l’avenue de l’ALN (ex-Moutonnière), s’anime! Les embouteillages sont déjà là! Que se passe-t-il? Pourquoi y a-t-il autant de voitures? La réponse se résume en deux mots: Sablette et Ardis! Cette jetée est la nouvelle soupape de décompression des familles algéroises, qu’elles soient du Centre ou de ses banlieues. Avec des amis ou en famille, on se retrouve tous dans ce qui est devenu le nouveau poumon d’Alger… Une véritable ambiance festive y règne. La belle promenade des Algériens qu’est la Sablette, est envahie par les familles avant même le f’tour. Certains pour permettre à leurs enfants de piquer une tête dans l’eau de cette plage qui a été rouverte à la baignade au début de cette saison estivale, alors que d’autres ont carrément choisi d’y rompre le jeûne. C’est le cas de Raouf et sa petite famille qui ont carrément déplacé leur «meïdate ramadhane». «Il fait très chaud ces jours-ci. Dike fel dar ». On vit dans un petit appartement avec mes parents et mes frères. Mes enfants suffoquent, alors j’ai choisi de leur faire respirer un peu d’air marin», rapporte Raouf, qui avoue que ça leur permet d’avoir un peu d’intimité. «C’est la 6e fois que l’on vient depuis le début du Ramadhan», assure-t-il non sans se réjouir des équipements disponibles au niveau de cette promenade: table de pique -nique, jeux pour enfants, terrains de sport… «En plus, c’est sécurisé», rétorque-t-il.

Lire la suite sur L’Expression