Il a choisi d’aller à la rencontre des populations, il soulève le couvercle et découvre un brasier ardent. Il ne peut plus reculer. Il faut éteindre le feu.

De stridents cris de catégories professionnelles, de populations en détresse, de la fumée de la contestation qui s’échappe des couffins du désert à des centaines, parfois à des milliers de kilomètres de Ghardaïa, Djanet, In Guezzam et Illizi parviennent au Palais du gouvernement. Sans répit, le Premier ministre vole au secours pour éteindre des feux qui menacent à chaque fois de prendre des tournures gravissimes pour le pays.

Depuis sa nomination au poste de Premier ministre, le 3 septembre 2012, Abdelmalek Sellal a opté pour une stratégie de proximité en allant directement à la rencontre des populations. Il soulève le couvercle et découvre un brasier ardent. Il ne peut plus reculer et le voilà devenu pompier de la République. Demain, il se rendra à l’extrême-sud du pays, non pas pour une farniente ou se pavaner sur les champs d’Illizi. Il s’y rendra parce que le sang des Algériens a coulé encore une fois dans cette région. M. Sellal visitera Bordj Badji Mokhtar, wilaya d’Adrar et In Guezzam wilaya de Tamanrasset.

Lire la suite sur L’Expression

Article précédentRevue de presse. 12 Algériens parmi les leaders de l’économie africaine
Article suivantRevue de presse. Le soutien de l’Union européenne à l’Algérie axé sur la réforme économique et l’emploi