Revue de presse. Sellal : retour mouvementé à Ghardaïa

    0
    Advertisement

    Abdelmalek Sellal a pris le risque de se rendre, hier, à Ghardaïa, où le conflit entre Mozabites et Arabes connaît une nouvelle escalade.

    Dans cette wilaya toujours sous haute tension, deux accueils diamétralement opposés lui ont été réservés : la “chasse” à Metlili, fief des Chaâmbis, et un accueil plutôt chaleureux à Béni Izguen. Le cortège de M. Sellal, dont les trois fourgons transportant les journalistes, a, en effet, vécu l’enfer dans la matinée, à Metlili, malgré l’escorte assurée, à la fois, par la police et la gendarmerie. Pourtant, à l’entrée de la ville de Metlili, où il s’est d’ailleurs même permis de faire une prière au cimetière des Chouhada, aucun signe avant-coureur d’hostilité n’était visible. Mais c’était sans compter sur les centaines de citoyens en colère qui l’attendaient de pied ferme au centre-ville.

    Brandissant des pancartes et banderoles sur lesquelles étaient écrits des slogans hostiles au pouvoir et contre le quatrième mandat, les manifestants ont tenté de barrer carrément la route à M. Sellal. “Dégage !”, “Nahnou fakakir ou masraqnach malayir” (nous sommes pauvres et n’avons pas volé des milliards, “Non au quatrième mandat !” et tant d’autres slogans ont été scandés à tue-tête à la face de Sellal dont le cortège était obligé de s’adonner à des acrobaties pour échapper à la foule acharnée, avant d’atteindre, sous une escorte musclée, la salle omnisports de Metlili où le meeting était prévu. Pour tenter de calmer les esprits, M. Sellal n’a pas hésité à descendre de sa voiture pour “causer” avec les récalcitrants. “Venez en salle pour écouter ce que je vous dirai ; nous sommes bien conscients de votre situation”, a-t-il tenté de calmer. Le message de Sellal lui a permis, avec l’aide de sa garde rapprochée, de passer au milieu de la foule, certes, mais la tension ne baissera pas.

    Article précédentRevue de presse. La manipulation des masses vue par Aldous Huxley
    Article suivantUn opposant au 4è mandat derrière les barreaux sans passer par le juge d’instruction